Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

Granada 1

Généralités

La modalité de l’hétérolinguisme est d’actualité dans le domaine des études littéraires francophones ; elle l’est encore plus dans l’espace africain subsaharien vu le contexte historique dans lequel le roman francophone subsaharien se développa. La recherche de Laté Lawson-Hellu sur l’œuvre de Félix Couchoro en fait preuve. Or, même si la modalité de l’hétérolinguisme confirme sa présence dans le domaine subsaharien, elle demeure moins connue dans celui de la littérature francophone d’origine arabe. L’œuvre monumentale d’Amin Maalouf constitue, dans ce sens, un vaste continent à explorer. On peut donc se demander s’il y a dans ce domaine des spécificités hétérolingues propres à l’œuvre maaloufienne. 

Je ne vise pas dans cette étude à établir une recherche sur les origines des roum historiques. Ce qui m’intéresse ici c’est de déterminer les motifs pour lesquels Amin Maalouf utilise, dans ses romans, l’appellation roum pour désigner tel ou tel peuple. Autrement dit, le sujet de cette étude n’est pas les roum historiques tels qu’ils furent à une époque historique donnée, mais bien plutôt les roum fictifs qui font écho, dans le texte romanesque d’Amin Maalouf, aux roum historiques. 

Amin Maalouf utilise, dans ses romans, plusieurs variantes du mot arabe roûm ; nous y trouvons Roum, Roumiyya et Roumieh1.   

Roum : nom pluriel ( roumi, masc. sing., et roumiyyah fém. sing. ) possédant plusieurs significations à des époques historiques différentes. À l’Antiquité, le mot roum désignait les citoyens de l’Empire romain. Après le partage de l’Empire en 395 ( È. C. )2, cette appellation arabe désignait précisément les citoyens de l’Empire romain d’Orient3 devenu plus tard l’Empire byzantin avec pour capitale Constantinople4. Beaucoup de chercheurs signalent que le mot roum – l’ensemble des sujets de l’Empire byzantin – était autrefois, au Levant, synonyme du Byzantin et, plus tard, du Grec. Cette désignation trouve sa justification dans les chroniques historiques musulmanes (arabes et non arabes) qui désignent les Byzantins par roum. De nos jours, les Libanais et les Syriens utilisent ce mot pour désigner les chrétiens qui suivent le rite grec orthodoxe. Pourtant, dans les textes à caractère historique, ce mot garde toujours sa première signification, les Byzantins. Notons que la variante Roum est omniprésente dans Les croisades vues par les Arabes :

a. En réalité, Alexis serait plutôt empereur des Grecs, lesquels se proclament héritiers de l’Empire romain. Cette qualité leur est d’ailleurs reconnue par les Arabes, qui – au XIe siècle comme au XXe – désignent les Grecs par le terme Roum, « Romains ». Le domaine conquis par le père de Kilij Arslan aux dépens de l’Empire grec est même appelé le sultanat des Roum. ( Les croisades vues par les Arabes5, pp. 19 – 20 ).

 Roumiyya : c’est la forme au féminin singulier du mot roumi ( masculin singulier ), Amin Maalouf l’utilise à plusieurs reprises dans Léon l’Africain :

b. Pourtant, aux yeux de ma mère, le crime impardonnable du sultan était d’avoir délaissé sa femme libre, sa cousine Fatima, fille de Mohamed-le-Gaucher, pour une captive chrétienne appelée Isabel de Solis, qu’il avait nommée Soraya.

 

« On raconte, disait-elle, que le sultan rassembla un matin les membres de son entourage dans la cour des Myrtes pour qu’ils assistent au bain de cette Roumiyya.» (Léon l’Africain6, p. 26).

 

Roumieh : c’est un toponyme, une variante archaïque de Rome, dans le parler des maronites du mont Liban au XIX siècle. Cette variante n’est plus en usage. De nos jours, les Libanais utilisent la variante roma pour indiquer Rome, la capitale d’Italie.

c. Le vieux prêtre se présenta en effet, s’appuyant sur le bras de son fils, et entreprit d’expliquer fièrement au cheikh que son garçon avait été brillant dans ses études, au point que ses supérieurs l’avaient remarqué, même un visiteur italien qui promettait de le conduire à « Roumieh », la ville du pape, rien de moins. (Le rocher de Tanios7, p. 57)

 

Les roum d’Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

La désignation du mot roum se diffère selon les différentes sources historiques. L’origine archaïque de cette appellation nous ramène forcément aux Romains que les Arabes ont connus depuis même avant la naissance de l’Islam. Mais de quels Romains s’agit-il ici et de quels Arabes ? Il est évident que la désignation directe de cette appellation dans le contexte précis de notre recherche ne peut pas remonter aussi loin dans l’histoire pour indiquer l’Empire de Rome disparu en l’an 476 ; ce qui nous mène à distinguer la désignation présente du mot roum – les Byzantins – de son parallèle roumâne – les Romains. Ce mot a beaucoup voyagé, dans le sillage des légions romaines, et même bien au-delà.

 

Dans Les croisades vues par les Arabes, Amin Maalouf utilise le mot roum pour indiquer les Byzantins, comme je l’ai démontré dans l’énoncé a. ci-devant auquel j’ajoute un autre  :  

Les Roum, écrasés par les Seldjoukides en 1071, ne se sont jamais relevés. L’Asie Mineure, la plus grande de leurs provinces, a été envahie ; leur capitale elle-même n’est plus en sécurité ; leurs empereurs, dont Alexis lui-même, ne cessent d’envoyer des délégations au pape de Rome, chef suprême de l’Occident, le suppliant d’appeler à la guerre sainte contre cette résurgence de l’islam (Les croisades, p. 26)  

 

Or, si les deux désignations ci-devant du mot roum – les Byzantins, dans le contexte des études historiques, et chrétiens du rite grec orthodoxe, selon le contexte de l’usage actuel – sont les plus répandues, Amin Maalouf l’emploie aussi pour désigner les Castillans ; ce qui crée, sur le plan des faits historiques, une contradiction. Je cite ici trois paragraphes tirés de son roman Léon l’Africain où le mot roum désigne les Castillans – des chrétiens catholiques – et non pas les Byzantins – des chrétiens orthodoxes. La référence aux Castillans, dans Léon l’Africain, est tantôt explicite, tantôt implicite. Lisons dans le roman :

d. Ceux qui voulaient la paix avec la Castille disaient : nous sommes faibles et les Roum sont puissants ; nous sommes abandonnés par nos frères d’Égypte et du Maghreb, alors que nos ennemis ont l’appui de Rome et tous les chrétiens… (Léon, p. 33)

 

Dans un autre endroit, la référence devient implicite, et nous devons faire recours aux données historiques pour confirmer que le mot Roum dans le paragraphe ci-dessous désigne les Castillans et non pas les Byzantins :

e. » Un exemple éloquent revenait dans tous les propos des partisans de la guerre : celui de Basta, cité musulmane à l’est de Grenade, encerclée et canonnée depuis plus de cinq mois par les Roum. (Léon, p. 34)

 

À ces deux énoncés, j’ajoute d’autres dans lesquels le mot Roum est « synonyme » de Castillans : 

 f. Ce qu’il [ Boabdil ] offre aussi à Ferdinand, c’est un droit de vie et de mort sur nous et sur les nôtres, car nous n’ignorons pas que valent les traités et les serments des Roum. (Léon, p. 58)

 

Le paragraphe suivant nous fournit d’une précision géographique du territoire sur lequel se déroulent les événements entre les Maures et les « Roum », c’est l’Andalousie, ce qui sert en effet à augmenter notre confusion :

g. Je ne sais, quant à moi, si celui qu’avaient longtemps amassé les souverains nasrides et toujours enfoui en cette terre d’Andalousie, mais je ne le pense pas, car l’exil de Boabdil8 était sans espoir de retour, et les Roum lui avaient permis d’emporter tout ce qu’il désirait. (Léon, p. 66)

 

Nous lisons aussi dans un autre énoncé :

h. Hamza le barbier, notre voisin, avait d’autres raisons d’hésiter. Il possédait des terres, achetées lopin après lopin en vingt années de délicates et lucratives circoncisions (…)

_ Je veux faire payer à ces maudits Roum le plus cher possible, se justifiait-il. (Léon, p. 80).

 

Encore plus loin :

i. Ce fut le vieux Saad qui répondit le premier :

_ Si nous partons tous, l’islam sera extirpé à jamais de cette terre, et lorsque les Turcs arriveront, par la grâce de Dieu, pour croiser le fer avec les Roum, nous ne serons plus là pour leur prêter main-forte. (Léon, p. 81).

 

Or, la question principale reste toujours celle que j’ai posée ci-devant : pourquoi cette insistance de la part d’Amin Maalouf à utiliser, dans Léon l’Africain, le mot roum pour désigner les Castillans, tandis qu’il l’utilise dans Les croisades vues par les Arabes pour désigner les Byzantins ? S’agit-il du même peuple, du même territoire ? Est-ce que le pays des roum est le même que celui des Castillans ? Dire que ces Roum dont parle Maalouf sont des Byzantins de Constantinople constitue une erreur et une contradiction sur le plan des faits historiques, car nous sommes ici en 1492 – date de la chute du dernier bastion maure en Espagne – tandis que l’Empire byzantin disparut en 1453 avec la prise de Constantinople par les Turcs.

 roum 1

Ce que les données historiques disent à ce propos

Les données historiques ne font aucune allusion à la participation des Byzantins à la Reconquête de l’Espagne. Au contraire, il n’y a aucun doute que les Roum dont parle Amin Maalouf dans son roman Léon l’Africain constituent un peuple différent des roum mentionnés par les chroniques historiques musulmanes, c’est-à-dire les Byzantins dont le royaume disparut en 1453. Pourtant, Amin Maalouf, tout au long de son roman, tantôt utilise Roum tantôt Roum, pour désigner les Castillans, ce qui nous mène à poser les questions suivantes : Pourquoi cet usage ? s’agit-il d’une erreur ou d’une confusion de la part de l’auteur ? est-il possible que Maalouf ne soit pas au courant de cette distinction entre les deux groupes ?

 

La deuxième et la troisième question nous semblent non valides vu l’aspect monumental de l’œuvre maaloufienne. Il nous reste à répondre à la première question, « pourquoi cet usage ? ».

 

La démarche d’analyse est simple, mais elle exige une recherche approfondie dans les chroniques et les sources médiévales. Je commence par déterminer le contexte historique dans lequel se déroulent les événements de Léon l’Africain ; il s’agit de la chute de Grenade en 1492. Les données historiques que j’ai recueillies indiquent que Boabdil se rendit à Baza avant son encerclement par l’armée de Ferdinand9 : 

Espérant néanmoins que le peuple finirait par rentrer dans le devoir, il [ Boabdil ] tourna la bride de son cheval et prit la route de Baza, où il fut reçu avec enthousiasme. Quelque temps après il revint à Grenade pendant la nuit, à la tête de cinq cents hommes. Ayant escaladé les murs de l’Alhambra, il se jeta comme une bête féroce au milieu de ses cours silencieuses10.

 

Or, lorsque Ferdinand s’approcha de Grenade, il fit un détour vers l’Est et prit la ville de Baza, après un long siège. Nous lisons aussi dans la même source :

 

Le projet de Ferdinand était de s’emparer d’abord de Baza, dont la prise entraînerait plus tard celle de Guadix et d’Almeria, et ainsi ruinerait entièrement la puissance d’el-Zagal11.

  

Dans l’énoncé e., Amin Maalouf parle du siège et de  la chute de Basta « cité musulmane à l’est de Grenade, encerclée et canonnée depuis plus de cinq mois par les Roum ». S’agit-il de la même cité de Baza dont parlent les chroniques historiques ?

 

Selon l’Encyclopédie Britannica, le nom Basta remonte à l’Antiquité ; il s’agit du nom que les Romains donnèrent à cette ville, Basti :

 

« Baza is the Roman Basti, the medieval Basta or Bastiana ; and numerous relics of antiquity, both Roman and Medieval, have been found in the neighbourhood. Its bishopric was founded in 306. Under Moorish rule (c. 713 -1489) it was one of the three most important cities in the  kingdom of Granada, with an extensive trade, and a population estimated at 50, 000. In 1489, after a stubborn defence lasting seven months, it was captured by the Spaniards under Isabelle of Castile, whose cannon still adorn the Alameda or public promenade12 ».

 

L’usage de la variante Basta par Amin Maalouf dans l’énoncé e. se justifie si l’on prend compte des deux faits suivante : 1) la variante médiévale Basta, mentionnée ci-dessus, fut aussi intégrée en arabe par les Arabes et les Maures sous la forme de bastha, après la conquête de l’Andalousie entre 711 et 732 ; 2) de nos jours, cette même variante fut adoptée par Louis Aragon dans son recueil de poèmes Le Fou d’Elsa :

 

« Ô Boabdil, ô Mohammed ! On va t’accuser de toute chose basse et sordide. Mais ce sont tes demi-frères, ces fils mâtinés de la Chrétienne, leurrés de la couronne, et non pas toi, qui vont porter demain des titres espagnols, et vers l’avenir la race de Cid Alnayar et de Cid Yaya, désormais Don Pedro et Don Alonzo de Grenade, perpétuera le souvenir du reniement. Comment peut-on prétendre te les opposer, au nom de la fidélité au Royaume, quand Cid Alnayar fit abandonner à son père le trône de la ville au profit du Zagal et quand Cid Yaya, qui venait de livrer Basta par traîtrise, négocie alliance entre le vieil usurpateur et les Rois Catholiques13 ».

 

Nous pouvons dire que nous sommes maintenant à mi-chemin de notre destination : justifier l’usage du mot Roum par Amin Maalouf lorsqu’il parle des Castillans et non pas des Byzantins. En cherchant l’origine de cet usage dans les chroniques historiques musulmanes, je suis tombée sur un texte d’Aboû al-Hasan ‘Ali bin Aboû Bekr ‘Ali14, où l’auteur distingue l’Espagne du pays des roum. Ce texte fournit la matière d’un article à Ibn Khallikân15 ; il fut traduit de l’arabe et annoté par  Edmond Fagnan :

 

Dans ce même pays d’Espagne il y a un lieu nommé Jardin des roses, où se trouve la grotte renfermant les Gens de la caverne16, qui sont vus par ceux qui y descendent. Mais je ne suis allé ni à Cordoue ni au Jardin des roses, et Dieu sait ce qu’il en est. La vérité est que les Gens de la caverne sont dans le pays des Roûm, et nous en parlerons17.

 

Du paragraphe ci-dessus, nous pouvons tirer deux faits évidents : 1) le pays d’Espagne n’est pas le même que le pays des Roûm ; 2) le peuple qui habite les pays d’Espagne n’est pas le même que celui qui habitent le pays des Roûm. Il s’agit donc de deux peuples différents, le peuple du pays d’Espagne et le peuple du pays des Roûm. Ajoutons à ce paragraphe un autre que j’ai trouvé dans la même source, une sorte de référence légendaire des origines des Berbères. Dans ce paragraphe, Abou al-Hasan indique que le lieu d’origine des Berbères est la Palestine. Je n’approfondirai pas ce point qui n’est pas le sujet de mon étude ici, mais ce qui m’a attiré l’attention c’est la mention de « Roûm latins » comme il est indiqué dans le paragraphe suivant :

 

La version acceptée est la demeure des (Berbères) était d’abord la Palestine et qu’ils avaient Djâloût pour roi ; quand celui-ci fut tué, ils s’enfuirent du côté de Merrâkiyya, c’est-à-dire de la région nommée Ifrîkiya [l’Afrique] ; les Mezâta et les Meghila s’établirent dans les montagnes, et les Mezâta notamment dans le pays d’Antâbolos, c’est-à-dire de Barka, lequel appartenait aux Roûm   latins, avec qui ils finirent, à la suite de maints combats, par convenir qu’eux Berbères occuperaient les montagnes et les sables, tandis que les Roûm resteraient dans les villes et les îles18.

 

Les faits historiques mentionnés par Abou al-Hasan sur l’origine des Berbères ne font pas partie du sujet de ma présente étude ; pourtant, ce que j’en trouve utile c’est le fait qu’aux yeux des Arabes et des musulmans, comme le démontre le paragraphe ci-dessus, il y avait deux groupes de roum : les roum héritiers de l’Empire romain d’Occident, des Latins, et les roum héritiers de l’Empire romain d’Orient, des Byzantins. Autrement dit, aux yeux des musulmans des siècles passés, tous les royaumes de l’Europe et de l’Anatolie étaient des roum, voire des Romains, à l’exception des franj, les Francs et les chrétiens à l’époque des croisades – une appelation que j’ai élaborée dans un billet intitulé franj. Ce qui confirme cette supposition c’est le paragraphe suivant d’Abou al-Hasan :  

 

Il y avait à Tolède, autrefois capitale des Roûm (d’Espagne), une maison à arcades à laquelle chaque nouveau roi, à son avènement, ajoutait une serrure, si bien qu’elle finit par en avoir vingt-quatre19.

 

Conclusion

En fin d’analyse, la contradiction qui nous parut évidente au début de cette étude entre l’usage du mot Roum dans Léon l’Africain et son usage dans Les croisades vues par les Arabes se montre maintenant bien justifiée. Dans le premier texte, ce mot désignait les Castillans, tandis que dans le second texte il désignait les Byzantins. Il était indéniable pour nous, dès le début, qu’il ne s’agissait pas d’une erreur, mais il nous en manquait la justification et la preuve. Or, les données recueillies en matière de recherche historique que j’ai présentées ci-devant constituent des moyens plus scientifiques et plus certains d’assurer le développement de l’analyse, certes nécessaire, de la justification. Bref, ce double usage du mot roum – tantôt des Castillans tantôt des Byzantins – dans le texte romanesque d’Amin Maalouf exprime le point de vision de l’auteur, sa focalisation ; un Oriental qui voit l’autre, l’Occidental, de sa propre vision. C’est l’Occident vu par l’Orient, à l’inverse de ce qui est dominant dans le domaine des études orientalistes, c’est-à-dire l’Orient vu par l’Occident.

Postface 

Pour Bruzen de La Martinière (1737), le mot Roum désigne un espace géographique et culturel plus qu’un espace religieux. Le pays des Roum s’étand, selon lui, de l’Europe atlantique jusqu’à l’Anatolie. Nous lisons dans Le Grand dictionnaire géographique et critique publié en 1737 : 

Roum, C’est le nom que les Arabes, & autres Orientaux, ont donné aux Pays & aux Peuples que les Romains, & ensuite les Grecs & les Turcs ont fournis à leur obéissance. Il faut pourtant distinguer les deux significations que ce mot peut avoir. Car, outre cette générale, de laquelle on vient de parler Ebn Al Ouardi dans sa Géographie intitulée, Kheridat Alâgiaib, en donne une particulière. Car il dit que le Pays de Roum commence à l’Océan Atlantique, ou Occidental, & comprend, le Pays de Gialaleca, la Galice, Andalous, l’Espagne, Afrangiah, la France, Roumiah, l’Italie, Nemsiah, l’Allemagne, Leh & Joheh, la Pologne, & la Bohême, Inkitar, l’Angleterre, Magiar, la Hongrie, jusqu’à Constantinople, & au Pont-Euxin, par où il joint le Pays de Secalebah, ou Slaves, & Esclavons qui confinent avec les Russes, ou Moscovites. Et enfin le Pays dit encore plus proprement, Roum, Romaniah, & Roumiliiah, qui est la Thrace, & la Gréce d’aujourd’hui. Ce même Auteur qui écrivoit l’an 381. de l’Hégire, qui est de J. C. 995. dit que l’Empire des Romains, dont Constantinople étoit la Capitale, comprenoit dans son étendue, plusieurs Nations de différentes Langues, qui ne reconnoissoient qu’un seul Chef & Empereur, par où il paroît, qu’il entend parler seulement de l’Europe, & des Chrétiens.

L’Auteur du Massahat Alardh, l’Etenduë de la Terre, écrit dans le second Traité de la Géographie, que le Pays de Roum, dans lequel il comprend seulement une partie de l’Asie Mineure, a à son Occident, Khalig’Al Constantini, le Canal de la Mer Noire ; à son Midi, Belad Scham, & Belad Gezirah, qui sont la Syrie, la Mésopotamie, Arminiah, ou l’Arménie; au Levant & au Septentrion, Belad Kurg, qui est la Georgie, & Bahr Bontos, le Pont-Euxin ; & qu’au milieu de ce Pays de Roum, est Gebal Carman, la Montagne de Caramnie, c’est-à-dire le Mont Taurus, où habitent plusieurs familles Turques, & Turcomannes, & dont la chaîne s’étend depuis Tharsous, qui est Tharse en Cilicie, jusqu’à l’Hellespont. Et c’est dans ce Pays de Roum, proprement dit, que regnoient les Sultans de la Dynastie des Selgiucides, appellez par les Arabes, Selagekah Roum, les Selgiucides de Roum, & d’où les Turcs Ottomans qui regnent aujourd’hui à Constantinople, ont pris leur origine, ce qui fait que les Persans & les Mogols aux Indes appellent les Turcs, encore aujourd’hui Roumi. Les Auteurs Musulmans disent, que Roum, qui a donné le nom à ce Pays-là, étoit un des Enfans d’Aïs, qui est Esaü, ou Edom, ce qui fait dire à Hamdi Ichelebi dans son Histoire de Joseph & de Zulikha, écrire en Turc, que Dieu donna plusieurs enfans à Esaü, & qu’il y en eut un d’entre eux nommé, Roum, qui a donné son nom à tous les Roumilear, c’est-à-dire à tous les Grecs & Romains, & que les Princes Souverains de ces Nations, ont porté le titre de Caiafferah, ou de Césars.

Cette descendance, ou Généalogie tirée d’Esaü, n’est pas de l’invention des Musulmans. Ce sont les Juifs qui l’ont fabriquée les premiers en haine des Chrétiens. Car ils leur ont donné le nom d’Esavites, ou d’Edomites, & ont porté leurs blasphêmes jusqu’à dire, que l’ame d’Esaü, ou d’Edom étoit passée en la personne de Jesus-Christ. Les Arabes appellent ordinairement les Grecs & les Romains, Bani Asfar, les Enfans, ou la Postérité du Blond, mot qui est tiré de la signification Hébraïque d’Edom. On peut ajoûter ici, que les Orientaux, & particuliérement les plus savans, distinguent entre les anciens Grecs qui avoient leurs Rois, ou leur Gouvernement particulier, & ceux qui ont été joints & fournis à l’Empire Romain. Car ils appellent les premiers, Jounan, Jones, de Javan, & il donnent à ceux-ci le nom de Roum20.

Notes

[1] La translittération de ces mots arabes pourrait se diffère d’un écrivain à l’autre. Dans toutes mes recherches, je tends à mettre la translittération des mots arabes en minuscule, étant donné que la majuscule n’existe pas en arabe.  Pour cette raison, j’adopte dans cette étude les formes roum, roumi et roumiyyah, lorsqu’il s’agit de ma propre élaboration ; et je garde les autres variantes lorsque je cite Amin Maalouf et les autres sources bibliographiques.

[2] À la fin du III siècle, l’Empire romain est séparé en deux par Dioclétien et il est définitivement divisé à la mort de Théodose I en 395.
[3] En latin Imperium Romanum Orientale, et en grec médiéval Ἀνατολική Βασιλεία Ῥωμαίων (Anatolikè Basileía Rhômaíôn).
[4] Anciennement appelée Byzance, et lors de sa fondation Nova Roma (Nouvelle Rome).
[5] Maalouf, Amin. Les croisades vues par les Arabes. Paris : Jean-Claude Lattès, 1983, 299 p. Désormais Les croisades.
[6] Maalouf, Amin. Léon l’Africain. Paris : Jean-Claude Lattès, 1986, 368 p. Désormais Léon.
[7] Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.
[8] Boabdil (déformation castillane de Abû Abdil-lah) est le vingt-deuxième émir nasride de Grenade. Il est surnommé Az-Zughbî (l’infortuné) par les Maures, et Boabdil ou El Chico ( Le Jeune ) par les Castillans. Né à Grenade en 1459, il est le fils de Abû al-Hasan `Alî dit El Viejo ( Le Vieux ). Il lui succède en 1482, et règne sous le nom de Muhammad XII az-Zughbî sur le Royaume de Grenade jusqu’à la chute du royaume et sa disparition en 1942. Il en est donc le dernier souverain. Boabdil meurt en 1532 à Fès.
[9] Ferdinand II d’Aragon (1452 – 1516 ) dit Ferdinand le catholique  ( Fernando II, en castillan, et Ferran II en catalan ) est roi de Castille-et-León de 1474 à 1504 (par mariage, sous le nom de Ferdinand V), roi d’Aragon, de Valence, de Majorque, de Sardaigne et de Sicile et comte de Barcelone de 1479 à 1516 (de son propre chef), comte de Roussillon et de Cerdagne de 1493 à 1516, et enfin roi de Naples en 1503.
[10] Lemercier, Adrien. Conquête de Grenade. Tours : Mame Imprimeurs-Libraires, 1852, p. 31.
[11] Ibid., pp. 192 – 193.
[12] The Encyclopaedia Britannica. A Dictionary of Arts, Sciences, Literature and General Information. Eleventh Edition, Volume III. Austria Lower to Bisectrix. Cambridge, England : The University Press, 1910, p. 559.
[13] Aragon. Le Fou d’Elsa. Paris : Gallimard, 2002, p. 124.
[14] Aboû al-Hasan ‘Ali bin Aboû Bekr ‘Ali, plus souvent désigné par l’ethnique Herewi, mort en 1214 à Fès.
[15] Al Imâm Shams Ud Dîn Abul ‘Abbâs Ahmad Ibn Khallikân (1211 – 1282) est un érudit musulman affilié à l’école théologique Ash’arite et à l’école juridique Shâfi’ite du XIII siècle, né à Irbil (actuelle Erbil, au Nord-Est de l’Irak), mort à Damas. Son plus fameux écrit est connu sous le nom de Dictionnaire biographique (Wafayāt al-Aʿyān ou Nécrologies des Hommes éminents), premier ouvrage de ce type au monde et qui aurait demandé près de vingt années de recherches. Il est un des élèves d’un autre célèbre théologien chaféite, Ibn al-Salah.
[16] Au contraire de ce qu’Abou al-Hassan raconte, les recherches contemporaines indiquent que les Gens de la caverne, mentionnés dans le Coran, étaient originaires d’une ville de Syrie dont le roi et tous les habitants étaient idolâtres, eux seuls faisant exception. Le roi, Diaclitianus, gouverneur de Philadelphie (actuelle capitale de la Jordanie) fut un homme cruel et dévoré par l’ambition. Des jeunes gens qui étaient ses ministres ne purent plus supporter ni sa cruauté ni son despotisme. Ayant eux-mêmes embrassé la foi chrétienne, ils délaissèrent leurs familles, leurs biens et s’enfuirent pour sauvegarder leur foi. Selon le récit coranique, Dieu les guida vers une caverne dans laquelle ils entrèrent pour se reposer. Ils y dormirent alors 309 ans. Voir Gobillot, Geneviève. « Gens de la Caverne ». In Dictionnaire du Coran. Paris : Éditions Robert Laffont, 2007, pp. 362 – 365.
[17] Extraits inédits relatifs au Maghreb (Géograpie et Histoire). Traduits de l’arabe et annotés par Edmond Fagnan. Alger : Jules Carbonel Éditeur, 1924, p. 3. 
[18] Ibid. p. 42.
[19] Ibid. p. 34.
[20] La Martinière de, Bruzen M. Le Grand dictionnaire géographique et critique. tome VIII. Venise : publié chez Jean Baptiste Pasquali, 1737, pp. 207 – 208.

Bibliographie 

 

Romans d’Amin Maalouf 

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.
—–. Léon l’Africain. Paris : Jean-Claude Lattès, 1986, 368 p.
—–. Les croisades vues par les Arabes. Paris : Jean-Claude Lattès, 1983, 299 p. 

Ouvrages cités 

— Aragon. Le Fou d’Elsa. Paris : Gallimard, 2002, 549 p. 
Extraits inédits relatifs au Maghreb (Géograpie et Histoire). Traduits de l’arabe et annotés par Edmond Fagnan. Alger : Jules Carbonel Éditeur, 1924, 492 p. 
— Gobillot, Geneviève. « Gens de la Caverne ». In Dictionnaire du Coran. Paris : Éditions Robert Laffont, 2007, pp. 362 – 365. 
— Lawson-Hellu, Laté. « Hétérolinguisme et roman d’Afrique francophone subsaharienne. » La Revue de Moncton XXXIV.1, 2 (2003): 311-34. 
— Lemercier, Adrien. Conquête de Grenade. Tours : Mame Imprimeurs-Libraires, 1852, 283 p. 

Dictionnaires et Encyclopédies 

— La Martinière de, Bruzen M. Le Grand dictionnaire géographique et critique. tome VIII. Venise : publié chez Jean Baptiste Pasquali, 1737, 234 p.
— The Encyclopaedia Britannica. A Dictionary of Arts, Sciences, Literature and General Information. Eleventh Edition, Volume III. Cambridge, England : The University Press, 1910

Publié par

Fida Dakroub

Docteur en Études françaises ( Western University, 2010 ), Fida Dakroub est écrivaine, membre du G.R.E.L.C.E.F., Groupe de recherche et d’études sur les littératures et cultures de l’espace francophone à l’Université Western (Ontario, Canada), 0ù elle fait partie du comité de rédaction des Cahiers du Grelcef, une revue savante annuelle dudit groupe.

Laisser un commentaire