De quel sacré, de quel profane ?

Fida Dakroub

  1. La problématique

Si le mot « profane » évoque forcement, dans le contexte des écrits des fondateurs de la sociologie et de l’anthropologie, son antonyme « sacré », en créant chez William Robertson Smith une dichotomie de type xy ( pur ≠ impur ; saint ≠ impur ; sacré ≠ profane ), ou une autre dichotomie de type x / non-x chez Émile Durkheim ( religieux / non-religieux ; faste / néfaste ), son usage antique, tel qu’il se présente dans les écrits des poètes et des écrivains latins – Caton l’Ancien, Ovide, Pallade, Servius, Stace et Tacite – ne porte pas obligatoirement la même signification qu’on lui accorde actuellement ni évoque le même antagonisme mentionné ci-devant. Continuer la lecture de De quel sacré, de quel profane ?