Histoire, Symbole et Discours. Étude de la construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf

Fida Dakroub

  1. GÉNÉRALITÉS 

Parmi les écrivains francophones d’origine arabe, Amin Maalouf est considéré comme l’Homère du roman historique. Né à la croisée de l’Histoire du Mashreq, il possède plusieurs appartenances identitaires. Homme d’Orient et d’Occident, de la chrétienté et de la civilisation musulmane, il a « conquis » l’Académie française sous le nom de « Monsieur l’Orient ». Continuer la lecture de Histoire, Symbole et Discours. Étude de la construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf

Trace, Présupposition et « nisba » géographique. Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

 

Fida Dakroub

Le moyen âge musulman désigne ordinairement sous le nom de roûmi les chrétiens de l’empire byzantin (Derenbourg, « Ousama… », 469). Or, si le mot roum désigne, dans le contexte des écrits arabes modernes, les chrétiens du rite oriental orthodoxe, et dans le contexte des chroniques musulmanes du « Moyen-âge », les Byzantins, son usage dans les romans historiques d’Amin Maalouf reste problématique. À titre d’exemple, Maalouf l’utilise dans Les croisades vues par les Arabes pour désigner les Byzantins, ce qui conforme aux deux contextes ci-devant, tandis que dans Léon l’Africain, il l’emploie pour désigner les Castillans catholiques : Continuer la lecture de Trace, Présupposition et « nisba » géographique. Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

De quel sacré, de quel profane ?

Fida Dakroub

  1. La problématique

Si le mot « profane » évoque forcement, dans le contexte des écrits des fondateurs de la sociologie et de l’anthropologie, son antonyme « sacré », en créant chez William Robertson Smith une dichotomie de type xy ( pur ≠ impur ; saint ≠ impur ; sacré ≠ profane ), ou une autre dichotomie de type x / non-x chez Émile Durkheim ( religieux / non-religieux ; faste / néfaste ), son usage antique, tel qu’il se présente dans les écrits des poètes et des écrivains latins – Caton l’Ancien, Ovide, Pallade, Servius, Stace et Tacite – ne porte pas obligatoirement la même signification qu’on lui accorde actuellement ni évoque le même antagonisme mentionné ci-devant. Continuer la lecture de De quel sacré, de quel profane ?

Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

LE PLURILINGUISME

La marque la plus manifeste de l’originalité de l’écriture romanesque d’Amin Maalouf réside dans la manière ingénieuse dont cet auteur construit, dans ses romans, des réseaux discursifs différents de ceux qu’on trouve généralement dans les écritures francophones du Mashreq. En effet, c’est l’organisation polyphonique de la narration qui est à la base de la multiplicité identitaire, de la diversité des perspectives et de la pluralité des récits. Ici s’ajoutent au narrateur principal, tantôt implicite, tantôt explicite, d’autres narrateurs. Ainsi, les voix multiples instaurent une orchestration polyphonique. Continuer la lecture de Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

Construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf

GÉNÉRALITÉS

Parmi les écrivains francophones d’origine arabe, Amin Maalouf est considéré comme l’Homère du roman historique. Né à la croisée de l’Histoire du Mashreq, il possède plusieurs appartenances identitaires. Homme d’Orient et d’Occident, de la chrétienté et de la civilisation musulmane, il a « conquis » l’Académie française1 sous le nom de « Monsieur l’Orient ». Continuer la lecture de Construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf

Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

Granada 1

Fida Dakroub

La modalité de l’hétérolinguisme est d’actualité dans le domaine des études littéraires francophones ; elle l’est encore plus dans l’espace africain subsaharien vu le contexte historique dans lequel le roman francophone subsaharien se développa. La recherche de Laté Lawson-Hellu sur l’œuvre de Félix Couchoro en fait preuve. Or, même si la modalité de l’hétérolinguisme confirme sa présence dans le domaine subsaharien, elle demeure moins connue dans celui de la littérature francophone d’origine arabe. L’œuvre monumentale d’Amin Maalouf constitue, dans ce sens, un vaste continent à explorer. On peut donc se demander s’il y a dans ce domaine des spécificités hétérolingues propres à l’œuvre maaloufienne.  Continuer la lecture de Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

efendi

efendi

Mentionné dans Le Périple de Baldassare :

 J’étais ainsi, grisé mais encore incrédule, lorsqu’un passant m’interpella.

« Baldassare efendi ! »

 Je reconnus tout de suite la voix du cheikh Abdel-Basset, l’imam de la mosquée de Gibelet […] J’allais vers lui, et nous nous saluâmes avec les formules d’usage.

 « D’où venez-vous, pour avoir ce pas dansant ? »

« De chez Idriss. » (p, 27).

Continuer la lecture de efendi

hajj / hajjé

hajj

En arabe, le mot hajj veut dire pèlerin. Amin Maalouf l’emploie dans ses deux formes, le masculin, hajj, et le féminin, hajjé. Notons qu’il est inscrit en minuscule précédant le prénom Idriss, pour qu’il se distingue de ce dernier. Même si le sens propre du mot hajj en arabe est « pèlerin », son usage commun dépasse son domaine étymologique, pour qu’il acquiert  une autre signification chargée de valeur de politesse et de respect. Continuer la lecture de hajj / hajjé

Traces et énoncés dans les romans d’Amin Maalouf

Fida Dakroub

Dans son dialogue avec l’histoire de l’Orient – qui est en effet un dialogue au degré zéro, selon l’approche bakhtinienne –, Amin Maalouf rejette les frontières politiques qui définissent le bassin méditerranéen, et reconstruit ce monde selon ses relations d’échange commercial, culturel et linguistique qui liaient les deux côtés du bassin. Par exemple dans Les croisades vues par les Arabes, Maalouf nous parle des moments sanglants de l’époque des Croisades, mais aussi des périodes de paix et d’échange commercial et culturel entre Musulmans et Chrétiens1. Continuer la lecture de Traces et énoncés dans les romans d’Amin Maalouf

Définir le Pan-Orient

Fida Dakroub

L’étude du sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf permet-elle, à terme, de restituer à l’Europe son appartenance géographique au continent asiatique ? Dans les romans d’Amin Maalouf, le Pan-Orient se présente non comme un espace géopolitique défini par rapport au Centre colonialiste (l’Occident), mais un espace à multiples dimensions. 1) Horizontalement, le Pan-Orient demeure un espace géoculturel qui comprend toutes les cultures orientales de l’Asie centrale jusqu’à l’Espagne musulmane (l’Andalousie) en Europe occidentale. De celles-ci nous citons la culture indienne, persane, arabe, turque et afro-berbère. 2) Verticalement, le Pan-Orient se présente aussi comme un espace géohistorique qui comprend des grandes cultures telles que les cultures grecque, byzantine, arabe, persane et turque  3) Diagonalement, le Pan-Orient reste un espace géolinguistique, aux niveaux diachronique et synchronique.

Continuer la lecture de Définir le Pan-Orient

Extraire le sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf

Fida Dakroub

Au préalable, il faut préciser comment les énoncés de l’échange verbal entre deux ou plusieurs locuteurs fonctionnent dans la vie quotidienne. D’ailleurs, il faut noter que les énoncés comprennent deux parties : 1) une partie verbalement réalisée, actualisée ; 2) une partie sous-entendue. La partie sous-entendue n’est rien d’autre que l’horizon commun aux locuteurs, composé d’éléments spatio-temporels, sémiotiques et évaluatifs. Le sous-entendu reste commun, connu des parties impliquées dans un échange verbal quelconque, et commun à eux. Il n’est pas verbalisé, réalisé, et actualisé dans l’énoncé même, comme il constitue la partie extraverbale de l’énoncé, mais il ne peut pas être sans l’énoncé. En plus, les relations qui s’établissent lors d’un échange verbal dans la vie quotidienne se classifient en deux catégories : Continuer la lecture de Extraire le sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf

L’Orient d’Amin Maalouf

 

 

 

 

 

Fida Dakroub

La marque la plus manifeste de l’originalité de l’écriture romanesque d’Amin Maalouf réside dans la manière ingénieuse dont cet auteur construit, dans ses romans, des réseaux discursifs différents de ceux qu’on trouve généralement dans les écritures francophones du Mashreq. En effet, c’est l’organisation olyphonique de la narration qui est à la base de la multiplicité identitaire, de la diversité des perspectives et de la pluralité des récits. Ici s’ajoutent au narrateur principal, tantôt implicite, tantôt explicite, ’autres narrateurs. Ainsi, les voix multiples instaurent une orchestration polyphonique. L’analyse nous mène à situer l’origine de ce discours polyphonique non pas dans l’imitation des modèles du roman francophone, mais dans la présence d’un fond langagier et culturel primaire, voire le substrat linguistique de l’Orient musulman (l’arabe, le persan, le turc), et de l’Orient chrétien (l’araméen, l’arménien, le grec et le syriaque) qui, agissant au niveau de l’énonciation, détermine la forme de l’énoncé. C’est cette multiplicité discursive qui met le texte littéraire francophone à l’écart par rapport au discours normatif français du Centre. En conséquence, il nous apparaît essentiel de développer des modalités d’analyse pour cerner les enjeux du phénomène plurilinguistique dans la littérature francophone. Pourtant, il reste toujours à considérer la hiérarchie des langues dans un texte littéraire, car la distribution de ces langues procède d’une stricte hiérarchisation.