Trace, Présupposition et « nisba » géographique. Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

 

Fida Dakroub

Le moyen âge musulman désigne ordinairement sous le nom de roûmi les chrétiens de l’empire byzantin (Derenbourg, « Ousama… », 469). Or, si le mot roum désigne, dans le contexte des écrits arabes modernes, les chrétiens du rite oriental orthodoxe, et dans le contexte des chroniques musulmanes du « Moyen-âge », les Byzantins, son usage dans les romans historiques d’Amin Maalouf reste problématique. À titre d’exemple, Maalouf l’utilise dans Les croisades vues par les Arabes pour désigner les Byzantins, ce qui conforme aux deux contextes ci-devant, tandis que dans Léon l’Africain, il l’emploie pour désigner les Castillans catholiques : Continuer la lecture de Trace, Présupposition et « nisba » géographique. Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

franj

faranj

C’est à Amin Maalouf que revient la modulation d’une variante d’un mot d’origine arabe, calqué sur un mot originairement français, et sa ré-inclusion dans la langue française, après la publication de son premier ouvrage Les croisades vues par les Arabes en 1983. Continuer la lecture de franj