Étiqueté : Construction identitaire

0

De la construction identitaire chez Amin Maalouf

Le recours au français par les minorités chrétiennes du Liban sert à les protéger contre l’arabe, langue dominante de la majorité musulmane. Autrement dit, pendant que les musulmans considèrent le français comme langue du « colonisateur », les minorités chrétiennes le considèrent comme langue du « libérateur ». En faisant recours à l’analyse de contenu, nous visons à lire Les Identités meurtrières d’Amin Maalouf à la lumière des données historiques et sociologiques qui abordent la problématique du couple Langue / Identité, et cela dans le but de redessiner les lignes de démarcations linguistiques qui séparent les différentes communautés ethniques et religieuses du Liban. Cette démarche nous mène à conclure que le choix ou le rejet du français au Liban demeure un choix stratégique, car ici l’enjeu devient plus structurel que stylistique, et l’évaluation se fait alors sur une base de survie ou d’extinction de tel ou tel groupe.

0

« Les Identités meurtrières » d’Amin Maalouf et la fracture identitaire au Machrek

Si le recours au français sert en Afrique subsaharienne à résister idéologiquement contre le colonisateur, et de créer un lieu de production de nouveaux sens et de significations, au Maghreb, ce recours au français par les minorités ethniques et religieuses, au Machrek, sert par contre à les protéger de la langue du groupe majoritaire. En un mot, au carrefour de grandes civilisations, entre Orient et Occident, Sud et Nord, nous nous demandons ce qu’écrire en français veut dire pour les machréquins?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search