tantour

Tantour

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

Au château, elle feignait l’indifférence ou la fière ironie, et noyait son chagrin dans le sucre. Constamment assise  à la même place, dans le petit salon attenant à sa chambre, elle arborait en guise de coiffure un tantour à l’ancienne, haut tuyau en argent que l’on plantait dans les cheveux à la verticale, et par-dessus lequel retombait un voile de soie, toilette si compliquée qu’elle se gardait bien de la défaire au moment de dormir. (pp. 24 -25)

Continuer la lecture de tantour

efendi

efendi

Mentionné dans Le Périple de Baldassare :

 J’étais ainsi, grisé mais encore incrédule, lorsqu’un passant m’interpella.

« Baldassare efendi ! »

 Je reconnus tout de suite la voix du cheikh Abdel-Basset, l’imam de la mosquée de Gibelet […] J’allais vers lui, et nous nous saluâmes avec les formules d’usage.

 « D’où venez-vous, pour avoir ce pas dansant ? »

« De chez Idriss. » (p, 27).

Continuer la lecture de efendi

hajj / hajjé

hajj

En arabe, le mot hajj veut dire pèlerin. Amin Maalouf l’emploie dans ses deux formes, le masculin, hajj, et le féminin, hajjé. Notons qu’il est inscrit en minuscule précédant le prénom Idriss, pour qu’il se distingue de ce dernier. Même si le sens propre du mot hajj en arabe est « pèlerin », son usage commun dépasse son domaine étymologique, pour qu’il acquiert  une autre signification chargée de valeur de politesse et de respect. Continuer la lecture de hajj / hajjé

yabné

yabné

Fida Dakroub

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

En s’adressant aux gens de son domaine, même aux plus âgés, il disait « yabné ! », « mon fils ! », ou « ma fille ! », « ya binté ! ». Il était persuadé qu’un pacte intime le liait à ses sujets, ils lui devaient obéissance et respect, il leur devrait sa protection en toutes circonstances. ( p. 20 )

Le mot « yabné », tel qu’employé par Amin Maalouf, est emprunté au parler villageois libanais. Nous pouvons le déconstruire en trois unités morphologiques : Continuer la lecture de yabné

Léon l’Africain

Léon l'africain

Léon l’Africain, un des romans merveilles d’Amin Maalouf, fut écrit en 1987. Il retrace la vie de Hassan al-Wazzan, connu aussi sous le nom de Léon l’Africain, un géographe né dans les années 1490 à Grenade en Andalousie musulmane. C’est une autobiographie imaginaire qui tient sa source à ce personnage historique dont de nombreux livres et romans font état. Ce roman de Maalouf construit une belle histoire et un beau voyage à travers les différentes civilisations du bassin méditerranéen. L’espace temporel du roman semble limité entre le XVe et le XVIe siècles, mais l’espace culturel est vaste, plus vaste que l’on peut limité à l’espace géographique du roman. Continuer la lecture de Léon l’Africain

Séroual

Saroual

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

La plupart d’entre eux étaient habillés comme lui, séroual noir bouffant, chemise blanche à rayures, bonnet couleur de terre, et tout le monde ou presque  abordait les mêmes moustaches épaisses et bouclées fièrement vers le haut dans un visage glabre. (p. 18).

Continuer la lecture de Séroual

Astrolabe

Astrolabe Persan

 

Mentionné dans Léon l’Africain1 :

… si émaillé de termes savants qu’il en était incompréhensible, sauf pour un petit groupe de lettrés désoeuvrés qui passaient avec lui leurs jours et leurs nuits à boire et à discuter de mithridate, d’astrolabe et de métempsycose (p. 46). 

Continuer la lecture de Astrolabe

Piastre ottomane

Piastre ottomane

La piastre était une ancienne pièce d’argent frappée en Turquie par l’Empire ottoman et par la république de Venise au XVIe siècle à travers ses comptoirs du Levant. Le terme dérive de l’italien piastra. Plus tard, elle désigna les pièces d’argent d’Espagne et en Amérique. La piastre était dite « forte », pour la distinguer de sa « Demi-piastre » sa fraction. La piastre est la sous-division de nombreuses monnaies actuelles comme la livre égyptienne, la livre libanaise, la livre soudanaise, la livre sud-soudanaise ou la livre syrienne. Dans son livre Scènes de la vie orientale, Gérard de Nerval nous en fait signe :  Continuer la lecture de Piastre ottomane