tantour

Tantour

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

Au château, elle feignait l’indifférence ou la fière ironie, et noyait son chagrin dans le sucre. Constamment assise  à la même place, dans le petit salon attenant à sa chambre, elle arborait en guise de coiffure un tantour à l’ancienne, haut tuyau en argent que l’on plantait dans les cheveux à la verticale, et par-dessus lequel retombait un voile de soie, toilette si compliquée qu’elle se gardait bien de la défaire au moment de dormir. (pp. 24 -25)

Continuer la lecture de tantour

Séroual

Saroual

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

La plupart d’entre eux étaient habillés comme lui, séroual noir bouffant, chemise blanche à rayures, bonnet couleur de terre, et tout le monde ou presque  abordait les mêmes moustaches épaisses et bouclées fièrement vers le haut dans un visage glabre. (p. 18).

Continuer la lecture de Séroual

Astrolabe

Astrolabe Persan

 

Mentionné dans Léon l’Africain1 :

… si émaillé de termes savants qu’il en était incompréhensible, sauf pour un petit groupe de lettrés désoeuvrés qui passaient avec lui leurs jours et leurs nuits à boire et à discuter de mithridate, d’astrolabe et de métempsycose (p. 46). 

Continuer la lecture de Astrolabe

Piastre ottomane

Piastre ottomane

La piastre était une ancienne pièce d’argent frappée en Turquie par l’Empire ottoman et par la république de Venise au XVIe siècle à travers ses comptoirs du Levant. Le terme dérive de l’italien piastra. Plus tard, elle désigna les pièces d’argent d’Espagne et en Amérique. La piastre était dite « forte », pour la distinguer de sa « Demi-piastre » sa fraction. La piastre est la sous-division de nombreuses monnaies actuelles comme la livre égyptienne, la livre libanaise, la livre soudanaise, la livre sud-soudanaise ou la livre syrienne. Dans son livre Scènes de la vie orientale, Gérard de Nerval nous en fait signe :  Continuer la lecture de Piastre ottomane