Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

Granada 1

Fida Dakroub

La modalité de l’hétérolinguisme est d’actualité dans le domaine des études littéraires francophones ; elle l’est encore plus dans l’espace africain subsaharien vu le contexte historique dans lequel le roman francophone subsaharien se développa. La recherche de Laté Lawson-Hellu sur l’œuvre de Félix Couchoro en fait preuve. Or, même si la modalité de l’hétérolinguisme confirme sa présence dans le domaine subsaharien, elle demeure moins connue dans celui de la littérature francophone d’origine arabe. L’œuvre monumentale d’Amin Maalouf constitue, dans ce sens, un vaste continent à explorer. On peut donc se demander s’il y a dans ce domaine des spécificités hétérolingues propres à l’œuvre maaloufienne.  Continuer la lecture de Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

franj

faranj

C’est à Amin Maalouf que revient la modulation d’une variante d’un mot d’origine arabe, calqué sur un mot originairement français, et sa ré-inclusion dans la langue française, après la publication de son premier ouvrage Les croisades vues par les Arabes en 1983. Continuer la lecture de franj

efendi

efendi

Mentionné dans Le Périple de Baldassare :

 J’étais ainsi, grisé mais encore incrédule, lorsqu’un passant m’interpella.

« Baldassare efendi ! »

 Je reconnus tout de suite la voix du cheikh Abdel-Basset, l’imam de la mosquée de Gibelet […] J’allais vers lui, et nous nous saluâmes avec les formules d’usage.

 « D’où venez-vous, pour avoir ce pas dansant ? »

« De chez Idriss. » (p, 27).

Continuer la lecture de efendi

hajj / hajjé

hajj

En arabe, le mot hajj veut dire pèlerin. Amin Maalouf l’emploie dans ses deux formes, le masculin, hajj, et le féminin, hajjé. Notons qu’il est inscrit en minuscule précédant le prénom Idriss, pour qu’il se distingue de ce dernier. Même si le sens propre du mot hajj en arabe est « pèlerin », son usage commun dépasse son domaine étymologique, pour qu’il acquiert  une autre signification chargée de valeur de politesse et de respect. Continuer la lecture de hajj / hajjé

yabné

yabné

Fida Dakroub

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

En s’adressant aux gens de son domaine, même aux plus âgés, il disait « yabné ! », « mon fils ! », ou « ma fille ! », « ya binté ! ». Il était persuadé qu’un pacte intime le liait à ses sujets, ils lui devaient obéissance et respect, il leur devrait sa protection en toutes circonstances. ( p. 20 )

Le mot « yabné », tel qu’employé par Amin Maalouf, est emprunté au parler villageois libanais. Nous pouvons le déconstruire en trois unités morphologiques : Continuer la lecture de yabné