yabné

yabné

Fida Dakroub

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

En s’adressant aux gens de son domaine, même aux plus âgés, il disait « yabné ! », « mon fils ! », ou « ma fille ! », « ya binté ! ». Il était persuadé qu’un pacte intime le liait à ses sujets, ils lui devaient obéissance et respect, il leur devrait sa protection en toutes circonstances. ( p. 20 )

Le mot « yabné », tel qu’employé par Amin Maalouf, est emprunté au parler villageois libanais. Nous pouvons le déconstruire en trois unités morphologiques :

1. le préfixe vocatif ya : ô ;

2. le radical bin ou bn après l’omission du i : fils ;

3. le suffixe é qui joue le rôle d’un adjectif possessif : mon / ma.

La forme au féminin de ce mot se compose, comme indiqué dans le paragraphe ci-dessus, de deux unités séparées : ya (ô) et binté (ma fille). La déconstruction morphologique de ce mot suit les mêmes étapes que celles de la forme au masculin avec quelques modifications au niveau morphologique. Le préfixe vocatif ya dans yabné (masculin) se détache de bné dans la forme au féminin (ya binté) et reprend sa forme initiale comme particule vocative et non pas comme un préfixe vocatif :

1.la particule vocative ya : ô ;

2. le mot bint : fille ;

3. le suffixe é, un adjectif possessif : ma / mon. 

Bibliographie

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.


Publié par

Fida Dakroub

Docteur en Études françaises ( Western University, 2010 ), Fida Dakroub est écrivaine indépendante.

Laisser un commentaire