Piastre ottomane

Piastre ottomane

La piastre était une ancienne pièce d’argent frappée en Turquie par l’Empire ottoman et par la république de Venise au XVIe siècle à travers ses comptoirs du Levant. Le terme dérive de l’italien piastra. Plus tard, elle désigna les pièces d’argent d’Espagne et en Amérique. La piastre était dite « forte », pour la distinguer de sa « Demi-piastre » sa fraction. La piastre est la sous-division de nombreuses monnaies actuelles comme la livre égyptienne, la livre libanaise, la livre soudanaise, la livre sud-soudanaise ou la livre syrienne. Dans son livre Scènes de la vie orientale, Gérard de Nerval nous en fait signe : 

Je fus étonné de n’avoir à payer en sortant de l’hôtel que dix piastres (2 francs 50 centimes) pour la table d’hôtes. Le signor Battista me prit à part et me fit un reproche amical de n’être pas venu demeurer dans son hôtel. Je lui montrai la pancarte annonçant qu’on n’y était admis que moyennant 60 piastres, ce qui portait la dépense à 1,800 piastres par mois. (p. 14)

Bibliographie 

Nerval de, Gérard. Scènes de la vie orientale (tome II). Les Femmes du Liban. Paris : Hippolyte Souverian, Éditeur, 1850, 337 p.


Fida Dakroub

Docteur en Études françaises de l'Université Western Ontario, Canada, Fida Dakroub est chercheur indépendante, rédactrice du carnet de recherche, L'Orient d'Amin Maalouf. Elle a publié plusieurs articles sur les identités culturelles et linguistiques dans les romans historiques d’Amin Maalouf.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.