Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

Fida Dakroub

Western University

Télécharger l’article en PDF

La problématique
Si le mot roum désigne, dans le contexte des écrits arabes modernes, les chrétiens du rite oriental orthodoxe, et dans le contexte des chroniques musulmanes du « Moyen-âge », les Byzantins – eux-mêmes fondateurs de l’Église orientale orthodoxe -, son usage dans les romans historiques d’Amin Maalouf reste problématique. À titre d’exemple, Maalouf l’utilise dans Les croisades vues par les Arabes pour désigner les Byzantins, ce qui conforme aux deux contextes ci-devant, tandis que dans Léon l’Africain, il l’emploie pour désigner les Castillans catholiques :

a. En réalité, Alexis serait plutôt empereur des Grecs, lesquels se proclament héritiers de l’Empire romain. Cette qualité leur est d’ailleurs reconnue par les Arabes, qui – au XIe siècle comme au XXe – désignent les Grecs par le terme Roum, « Romains » .

b. Ceux qui voulaient la paix avec la Castille disaient : nous sommes faibles et les Roum sont puissants ; nous sommes abandonnés par nos frères d’Égypte et du Maghreb, alors que nos ennemis ont l’appui de Rome et tous les chrétiens . Continuer la lecture de Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

De l’Orient et de ses identités meurtrières

Orient 10

par Fida Dakroub

Il est bien tard aujourd’hui pour faire paraître mes anciennes esquisses. Qu’importe ce qu’était le Moyen-Orient au IXe siècle ou au XIXe siècle, lorsque, au XXIe siècle, chaque nouvelle, devenue quotidienne, en ramène un si grand nombre de morts, de blessés, de misères et de malheurs ? Tout doit être connu, après tant de publications sur les guerres au Moyen-Orient, comme tout doit être changé depuis mon départ en 1997. La retraite de l’armée israélienne de la « zone de sécurité » du Liban Sud en 2000 ; l’invasion de l’Irak en 2003 ; la deuxième Guerre du Liban en 2006 ; le prétendu « Printemps arabe » en 2011 et tout ce qui l’a suivi ; la fuite honteuse, mais très intelligente de Ben Ali ; le lynchage sauvage de Kadhafi ; la chute de Ramsès Hosni Moubarak, le dernier des pharaons d’Égypte ; la guerre en Syrie ; la guerre en Irak ; et très récemment, la déclaration de l’État islamique en Iraq et en Syrie, les djihadistes islamistes ennemis et terroristes en Irak, amis et auxiliaires en Syrie ; les nouvelles campagnes à « court terme » du président américain Obama au Moyen-Orient ; enfin quatorze années d’un siècle si fécond en événements ont pu altérer le fond comme la forme de toute chose, et peut-être mes notes sur l’Orient d’Amin Maalouf ne seront-elles lues sans regret que par des personnes à qui l’actualité dominante aurait laissé quelque goût pour les vieux et beaux souvenirs. Continuer la lecture de De l’Orient et de ses identités meurtrières

Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

LE PLURILINGUISME

La marque la plus manifeste de l’originalité de l’écriture romanesque d’Amin Maalouf réside dans la manière ingénieuse dont cet auteur construit, dans ses romans, des réseaux discursifs différents de ceux qu’on trouve généralement dans les écritures francophones du Mashreq. En effet, c’est l’organisation polyphonique de la narration qui est à la base de la multiplicité identitaire, de la diversité des perspectives et de la pluralité des récits. Ici s’ajoutent au narrateur principal, tantôt implicite, tantôt explicite, d’autres narrateurs. Ainsi, les voix multiples instaurent une orchestration polyphonique.

L’analyse nous mène à situer l’origine de ce discours polyphonique non pas dans l’imitation des modèles du roman francophone, mais dans la présence d’un fond langagier et culturel primaire, voire le substrat linguistique de l’Orient musulman (l’arabe, le persan, le turc), et de l’Orient chrétien (l’araméen, l’arménien, le grec et le syriaque) qui, agissant sur le plan de l’énonciation, détermine la forme de l’énoncé. C’est cette multiplicité discursive qui met le texte littéraire francophone à l’écart par rapport au discours normatif français du Centre. En conséquence, il nous apparaît essentiel de développer des modalités d’analyse pour cerner les enjeux du phénomène plurilinguistique dans la littérature francophone, mais il reste toujours à considérer la hiérarchie des langues dans un texte littéraire, car la distribution de ces langues procède d’une stricte hiérarchisation.

Continuer la lecture de Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

Granada 1

Généralités

La modalité de l’hétérolinguisme est d’actualité dans le domaine des études littéraires francophones ; elle l’est encore plus dans l’espace africain subsaharien vu le contexte historique dans lequel le roman francophone subsaharien se développa. La recherche de Laté Lawson-Hellu sur l’œuvre de Félix Couchoro en fait preuve. Or, même si la modalité de l’hétérolinguisme confirme sa présence dans le domaine subsaharien, elle demeure moins connue dans celui de la littérature francophone d’origine arabe. L’œuvre monumentale d’Amin Maalouf constitue, dans ce sens, un vaste continent à explorer. On peut donc se demander s’il y a dans ce domaine des spécificités hétérolingues propres à l’œuvre maaloufienne. 

Je ne vise pas dans cette étude à établir une recherche sur les origines des roum historiques. Ce qui m’intéresse ici c’est de déterminer les motifs pour lesquels Amin Maalouf utilise, dans ses romans, l’appellation roum pour désigner tel ou tel peuple. Autrement dit, le sujet de cette étude n’est pas les roum historiques tels qu’ils furent à une époque historique donnée, mais bien plutôt les roum fictifs qui font écho, dans le texte romanesque d’Amin Maalouf, aux roum historiques. 

Amin Maalouf utilise, dans ses romans, plusieurs variantes du mot arabe roûm ; nous y trouvons Roum, Roumiyya et Roumieh1.   

Roum : nom pluriel ( roumi, masc. sing., et roumiyyah fém. sing. ) possédant plusieurs significations à des époques historiques différentes. À l’Antiquité, le mot roum désignait les citoyens de l’Empire romain. Après le partage de l’Empire en 395 ( È. C. )2, cette appellation arabe désignait précisément les citoyens de l’Empire romain d’Orient3 devenu plus tard l’Empire byzantin avec pour capitale Constantinople4. Beaucoup de chercheurs signalent que le mot roum – l’ensemble des sujets de l’Empire byzantin – était autrefois, au Levant, synonyme du Byzantin et, plus tard, du Grec. Cette désignation trouve sa justification dans les chroniques historiques musulmanes (arabes et non arabes) qui désignent les Byzantins par roum. De nos jours, les Libanais et les Syriens utilisent ce mot pour désigner les chrétiens qui suivent le rite grec orthodoxe. Pourtant, dans les textes à caractère historique, ce mot garde toujours sa première signification, les Byzantins. Notons que la variante Roum est omniprésente dans Les croisades vues par les Arabes :

Continuer la lecture de Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

franj

faranj

C’est à Amin Maalouf que revient la modulation d’une variante d’un mot d’origine arabe, calqué sur un mot originairement français, et sa ré-inclusion dans la langue française, après la publication de son premier ouvrage Les croisades vues par les Arabes en 1983.

À l’époque des croisades, les chroniqueurs arabes appelaient les Francs faranj, franj, faranjah, (فرنجة )ou ifranj, ifranjah au pluriel ; faranji, ifranji au masculin singulier ; et faranjiyahifranjiyah au féminin singulier. Ces variantes désignaient  les croisés, les Européens et leurs descendants au Proche-Orient et au Levant, vu la majorité des Francs dans ces croisades :

Le moyen âge musulman désigne ordinairement sous le nom de Francs les peuples latins, dispersés dans les contrées de l’Europe, réunis par un lien commun, la sujétion à l’autorité spirituelle du pape, tandis que les Roûmi sont les chrétiens de l’empire byzantin. Ceux-là ne sont pas seulement des Français, des Flamands et des Normands, mais aussi des Allemands, des Anglais, des Espagnols, des Italiens, des Danois et des Norvégiens (…) Lorsque Ousâma [ibn Mounkidh] eut l’occasion de faire ses premières armes contre les Francs entre 1110 et 1119, la France et la Normandie seules étaient encore représentées parmi les initiateurs de la croisade1.

Des traces de ces variantes de l’arabe classique se trouvent toujours dans les parlers libanais et syrien d’aujourd’hui, comme franjé (masculin singulier) et franjiyeh (féminin singulier) ; ces variantes ne signifient plus le Français seulement, mais aussi tout ce qui est occidental, européen. Continuer la lecture de franj