Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

Fida Dakroub

Western University

Télécharger l’article en PDF

La problématique
Si le mot roum désigne, dans le contexte des écrits arabes modernes, les chrétiens du rite oriental orthodoxe, et dans le contexte des chroniques musulmanes du « Moyen-âge », les Byzantins – eux-mêmes fondateurs de l’Église orientale orthodoxe -, son usage dans les romans historiques d’Amin Maalouf reste problématique. À titre d’exemple, Maalouf l’utilise dans Les croisades vues par les Arabes pour désigner les Byzantins, ce qui conforme aux deux contextes ci-devant, tandis que dans Léon l’Africain, il l’emploie pour désigner les Castillans catholiques :

a. En réalité, Alexis serait plutôt empereur des Grecs, lesquels se proclament héritiers de l’Empire romain. Cette qualité leur est d’ailleurs reconnue par les Arabes, qui – au XIe siècle comme au XXe – désignent les Grecs par le terme Roum, « Romains » .

b. Ceux qui voulaient la paix avec la Castille disaient : nous sommes faibles et les Roum sont puissants ; nous sommes abandonnés par nos frères d’Égypte et du Maghreb, alors que nos ennemis ont l’appui de Rome et tous les chrétiens . Continuer la lecture de Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

De l’Orient et de ses identités meurtrières

Orient 10

par Fida Dakroub

Il est bien tard aujourd’hui pour faire paraître mes anciennes esquisses. Qu’importe ce qu’était le Moyen-Orient au IXe siècle ou au XIXe siècle, lorsque, au XXIe siècle, chaque nouvelle, devenue quotidienne, en ramène un si grand nombre de morts, de blessés, de misères et de malheurs ? Tout doit être connu, après tant de publications sur les guerres au Moyen-Orient, comme tout doit être changé depuis mon départ en 1997. La retraite de l’armée israélienne de la « zone de sécurité » du Liban Sud en 2000 ; l’invasion de l’Irak en 2003 ; la deuxième Guerre du Liban en 2006 ; le prétendu « Printemps arabe » en 2011 et tout ce qui l’a suivi ; la fuite honteuse, mais très intelligente de Ben Ali ; le lynchage sauvage de Kadhafi ; la chute de Ramsès Hosni Moubarak, le dernier des pharaons d’Égypte ; la guerre en Syrie ; la guerre en Irak ; et très récemment, la déclaration de l’État islamique en Iraq et en Syrie, les djihadistes islamistes ennemis et terroristes en Irak, amis et auxiliaires en Syrie ; les nouvelles campagnes à « court terme » du président américain Obama au Moyen-Orient ; enfin quatorze années d’un siècle si fécond en événements ont pu altérer le fond comme la forme de toute chose, et peut-être mes notes sur l’Orient d’Amin Maalouf ne seront-elles lues sans regret que par des personnes à qui l’actualité dominante aurait laissé quelque goût pour les vieux et beaux souvenirs. Continuer la lecture de De l’Orient et de ses identités meurtrières

Parution : Cahiers du GRELCEF / no. 6

Western University

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 6 de la revue Cahiers du Grelcef, numéro consacré au thème « L’individuel et le social dans les littératures francophones », et sous la direction particulière de l’ensemble du comité éditorial de la revue. C’est un événement qui témoigne de la vie et du dynamisme de ce groupe de recherche.

Vous trouverez l’intégralité du numéro en accès libre à l’adresse de la revue Les Cahiers du Grelcef. Le numéro est aussi accessible à partir de la page d’accueil de la revue : Accueil ou de celle du GRELCEF.

 Voici le sommaire du numéro :

Sommaire

L’individuel et le social dans les littératures francophones

Éditorial

La Rédaction

L’individuel et le social dans les littératures francophones

 

Afrique subsaharienne et Caraïbes

Mouhamadou Cissé

Résistance féministe/féminine contre les institutions sociales : Riwan ou le chemin de sable (K. Bugul), Une si longue lettre (M. Bâ), Traversée de la mangrove (M. Condé) et Pluie et vent sur Télumée Miracle (S. Schwarz-Bart)

 

Karine Bénac-Giroux

Histoire des mères, destin des filles : de la procréation à la création de soi dans L’enfant-bois d’Audrey Pulvar et Fleur de Barbarie de Gisèle Pineau

 

Emeline Pierre

Le roman à suspense de la Caraïbe francophone: entre convention et subversion

 

Laté Lawson-Hellu

L’écriture populaire de Félix Couchoro: la perspective linguistique et littéraire

 

Claude Éric Owono Zambo

Poétique des « romans de l’exil » de Mongo Beti

 

Emmanuel K. Kayembe

Représentation du socio-historique et autonomisation stylistique chez Pius Ngandu Nkashama

Mashrek, Océan Indien et Asie du Sud-Est

 

Désiré Atangana Kouna

Quête individuelle, mémoire collective et imaginaire social chez Amin Maalouf et Jean-Marie Gustave Le Clézio

 

Vicram Ramharai

Répressions des voix marginales, la norme, l’exception sociale et la littérature mauricienne

 

Metka Zupančič

Ananda Devi dans le feu révélateur et transformateur des mythes

 

Aurélie Chevant

À l’ombre des cages à tigres: imaginaire décolonial et représentation du corps féminin dans Riz Noir d’Anna Moï

Afrique du Nord et Amérique du Nord

 

Anne-Marie Ganster

Le Premier Homme d’Albert Camus : l’individu de l’autofiction et de la Méditerranée

 

Marie-Hélène Grivel

Être « exotique » dans l’entre-deux-guerres : l’exemple de Robert de Roquebrune 

Nous lisons dans l’éditorial : 

Dans les principes de la littérature, du fait de la langue comme premier médium de la communication proposée entre l’individu écrivant et son récepteur, le ou les lecteurs potentiels, se construit la propre problématique de l’individu et du social au centre d’intérêt du présent numéro. Si cette relation quasi-fondamentale assure au fait littéraire, au texte et à sa pertinence socio-sémiotique ou discursive dès lors, sa raison d’être, ainsi en va-t-il de la relation de concomitance entre l’écrivain et le social. Les articles rassemblés dans ce numéro en donnent la mesure, tels qu’ils indiquent également la non-sécabilité, pour ainsi dire, entre l’individuel et le social lorsqu’on en arrive à la spécificité du fait francophone dont l’intelligibilité, en convoquant l’écrivain, l’insère d’office dans un social fondé sur le fait idéologique ayant marqué son histoire. Comme d’usage, les contenus des articles relèvent de l’entière responsabilité des auteur.e.s et ne sauraient refléter le point de vue du groupe ou de ses affiliations institutionnelles.

Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

LE PLURILINGUISME

La marque la plus manifeste de l’originalité de l’écriture romanesque d’Amin Maalouf réside dans la manière ingénieuse dont cet auteur construit, dans ses romans, des réseaux discursifs différents de ceux qu’on trouve généralement dans les écritures francophones du Mashreq. En effet, c’est l’organisation polyphonique de la narration qui est à la base de la multiplicité identitaire, de la diversité des perspectives et de la pluralité des récits. Ici s’ajoutent au narrateur principal, tantôt implicite, tantôt explicite, d’autres narrateurs. Ainsi, les voix multiples instaurent une orchestration polyphonique.

L’analyse nous mène à situer l’origine de ce discours polyphonique non pas dans l’imitation des modèles du roman francophone, mais dans la présence d’un fond langagier et culturel primaire, voire le substrat linguistique de l’Orient musulman (l’arabe, le persan, le turc), et de l’Orient chrétien (l’araméen, l’arménien, le grec et le syriaque) qui, agissant sur le plan de l’énonciation, détermine la forme de l’énoncé. C’est cette multiplicité discursive qui met le texte littéraire francophone à l’écart par rapport au discours normatif français du Centre. En conséquence, il nous apparaît essentiel de développer des modalités d’analyse pour cerner les enjeux du phénomène plurilinguistique dans la littérature francophone, mais il reste toujours à considérer la hiérarchie des langues dans un texte littéraire, car la distribution de ces langues procède d’une stricte hiérarchisation.

Continuer la lecture de Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

Construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf

GÉNÉRALITÉS

Parmi les écrivains francophones d’origine arabe, Amin Maalouf est considéré comme l’Homère du roman historique. Né à la croisée de l’Histoire du Mashreq, il possède plusieurs appartenances identitaires. Homme d’Orient et d’Occident, de la chrétienté et de la civilisation musulmane, il a « conquis » l’Académie française1 sous le nom de « Monsieur l’Orient ».La réalité et la fiction s’imbriquent dans toute son œuvre romanesque, constituant un espace oriental à dimensions multiples – culturelle, ethnique, sociale, politique et stylistique. Pourtant, ce qui le distingue des écrivains francophones du Mashreq, quant au recours au roman historique, c’est l’inscription de son écriture dans la perspective orientale. Selon cette perspective, l’Occident ne crée plus l’Orient ; l’Orient se crée lui-même en se présentant dans le texte maaloufien non comme périphérie, mais bien plutôt comme centre de la civilisation et de l’expérience humaine ; tandis que l’Occident se positionne à la Périphérie de l’Orient, dont la mise en écriture évoque le substrat culturel et linguistique des civilisations orientales, et le met ainsi en rapport avec le hic et nunc de l’échange verbal – le dialogue – entre l’Orient et l’Occident.

Continuer la lecture de Construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf

Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

Granada 1

Généralités

La modalité de l’hétérolinguisme est d’actualité dans le domaine des études littéraires francophones ; elle l’est encore plus dans l’espace africain subsaharien vu le contexte historique dans lequel le roman francophone subsaharien se développa. La recherche de Laté Lawson-Hellu sur l’œuvre de Félix Couchoro en fait preuve. Or, même si la modalité de l’hétérolinguisme confirme sa présence dans le domaine subsaharien, elle demeure moins connue dans celui de la littérature francophone d’origine arabe. L’œuvre monumentale d’Amin Maalouf constitue, dans ce sens, un vaste continent à explorer. On peut donc se demander s’il y a dans ce domaine des spécificités hétérolingues propres à l’œuvre maaloufienne. 

Je ne vise pas dans cette étude à établir une recherche sur les origines des roum historiques. Ce qui m’intéresse ici c’est de déterminer les motifs pour lesquels Amin Maalouf utilise, dans ses romans, l’appellation roum pour désigner tel ou tel peuple. Autrement dit, le sujet de cette étude n’est pas les roum historiques tels qu’ils furent à une époque historique donnée, mais bien plutôt les roum fictifs qui font écho, dans le texte romanesque d’Amin Maalouf, aux roum historiques. 

Amin Maalouf utilise, dans ses romans, plusieurs variantes du mot arabe roûm ; nous y trouvons Roum, Roumiyya et Roumieh1.   

Roum : nom pluriel ( roumi, masc. sing., et roumiyyah fém. sing. ) possédant plusieurs significations à des époques historiques différentes. À l’Antiquité, le mot roum désignait les citoyens de l’Empire romain. Après le partage de l’Empire en 395 ( È. C. )2, cette appellation arabe désignait précisément les citoyens de l’Empire romain d’Orient3 devenu plus tard l’Empire byzantin avec pour capitale Constantinople4. Beaucoup de chercheurs signalent que le mot roum – l’ensemble des sujets de l’Empire byzantin – était autrefois, au Levant, synonyme du Byzantin et, plus tard, du Grec. Cette désignation trouve sa justification dans les chroniques historiques musulmanes (arabes et non arabes) qui désignent les Byzantins par roum. De nos jours, les Libanais et les Syriens utilisent ce mot pour désigner les chrétiens qui suivent le rite grec orthodoxe. Pourtant, dans les textes à caractère historique, ce mot garde toujours sa première signification, les Byzantins. Notons que la variante Roum est omniprésente dans Les croisades vues par les Arabes :

Continuer la lecture de Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

efendi

efendi

Mentionné dans Le Périple de Baldassare :

 J’étais ainsi, grisé mais encore incrédule, lorsqu’un passant m’interpella.

« Baldassare efendi ! »

 Je reconnus tout de suite la voix du cheikh Abdel-Basset, l’imam de la mosquée de Gibelet […] J’allais vers lui, et nous nous saluâmes avec les formules d’usage.

 « D’où venez-vous, pour avoir ce pas dansant ? »

« De chez Idriss. » (p, 27).

 Il s’agit ici d’un mot turc efendim que l’on fait dériver d’un mot de la basse grécité, authentès (αυθεντης), prononcé avthendis, c’est-à-dire seigneur, maître. C’est un titre de courtoisie donné à un notable, maître ou seigneur ; synonyme de dignité et d’honneur que l’on attribue à une personne importante dans l’Empire Ottoman. Il sert précisément à désigner les gens de loi, les fonctionnaires civils, les savants, les lettrés, et il se place à la suite d’un nom propre, comme dans l’exemple ci-devant, ou du nom de la profession. En plus, le ministre des Affaires étrangères de l’Empire ottoman portait le titre reis-efendi, un mot composé de deux mots, le premier arabe vernaculaire, reis (chef ), et le second, efendi, turc.

Continuer la lecture de efendi

hajj / hajjé

hajj

En arabe, le mot hajj veut dire pèlerin. Amin Maalouf l’emploie dans ses deux formes, le masculin, hajj, et le féminin, hajjé. Notons qu’il est inscrit en minuscule précédant le prénom Idriss, pour qu’il se distingue de ce dernier. Même si le sens propre du mot hajj en arabe est « pèlerin », son usage commun dépasse son domaine étymologique, pour qu’il acquiert  une autre signification chargée de valeur de politesse et de respect.

Dans les pays musulmans, toute personne âgée porte le titre hajj ou hajjé précédant son prénom, supposant que cette personne aurait déjà accompli le commandement du pèlerinage à La Mecque. De même pour les minorités chrétiennes de l’Orient, un hajj ou une hajjé est une personne qui a fait le pélerinage en Terre sainte. 

Lorsque le vieux Idriss vient au magasin de Baldassare pour lui proposer un livre à vendre, se dernier s’adresse à lui en utilisant un langage « vernaculaire », le parler de Gibelet. Or, l’auteur ne met pas cet élément pérégrinitique ni en italique ni entre guillemets ; il ne le fait même pas suivre par un commentaire ou une glose métalinguistique, comme nous le montre suivant :

« Laissez-le-moi, hajj Idriss, je vais le montrer à quelques clients qui pourraient être intéressés. » (Le Périple de Baldassare, 25).

Il est à noter ici que Le Périple de Baldassare est un texte riche d’éléments pérégrinitiques.

hajjé

Nous trouvons la forme au féminin, hajjé, dans Le rocher de Tanios :

– Que dis-tu, hajjé ?

On l’appelait ainsi parce que, dans sa jeunesse, elle était partie en pèlerinage à Bethléem, voire la Sainte-Crèche. (Le rocher de Tanios, 34).

Le é final marque le féminin dans le parler libanais qui s’écrit en arabe avec un h muet qui se prononce é ou eh. En arabe classique, c’est le a final qui marque le féminin et qui s’écrit avec un t muet et se prononce a ou ah, hajja.  

Bibliographie

Romans d’Amin Maalouf

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.

—–. Le Périple de Baldassare. Paris: Éditions Grasset & Fasquelle, 2000, 506 p.

 

Ouvrages consultés

Dakroub, Fida. Amin Maalouf et le pan-orientalisme : Écriture et construction identitaire dans le roman historique d’Amin Maalouf. Thèse de doctorat, Western University, 2010.

 

Dicionnaires

Abdel-Nour, Jabbour. Dictionnaire Arabe – Français (al-Hadit). Beyrouth : dar al-‘ilm lil malayine, 1993, 1126 p.

 

 

 

yabné

yabné

par Fida Dakroub

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

En s’adressant aux gens de son domaine, même aux plus âgés, il disait « yabné ! », « mon fils ! », ou « ma fille ! », « ya binté ! ». Il était persuadé qu’un pacte intime le liait à ses sujets, ils lui devaient obéissance et respect, il leur devrait sa protection en toutes circonstances. ( p. 20 )

Le mot « yabné », tel qu’employé par Amin Maalouf, est emprunté au parler villageois libanais. Nous pouvons le déconstruire en trois unités morphologiques :

1. le préfixe vocatif ya : ô ;

2. le radical bin ou bn après l’omission du i : fils ;

3. le suffixe é qui joue le rôle d’un adjectif possessif : mon / ma.

La forme au féminin de ce mot se compose, comme indiqué dans le paragraphe ci-dessus, de deux unités séparées : ya (ô) et binté (ma fille). La déconstruction morphologique de ce mot suit les mêmes étapes que celles de la forme au masculin avec quelques modifications au niveau morphologique. Le préfixe vocatif ya dans yabné (masculin) se détache de bné dans la forme au féminin (ya binté) et reprend sa forme initiale comme particule vocative et non pas comme un préfixe vocatif :

1.la particule vocative ya : ô ;

2. le mot bint : fille ;

3. le suffixe é, un adjectif possessif : ma / mon.

 

 

Bibliographie

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.

 

 

Léon l’Africain

Léon l'africain

Léon l’Africain, un des romans merveilles d’Amin Maalouf, fut écrit en 1987. Il retrace la vie de Hassan al-Wazzan, connu aussi sous le nom de Léon l’Africain, un géographe né dans les années 1490 à Grenade en Andalousie musulmane. C’est une autobiographie imaginaire qui tient sa source à ce personnage historique dont de nombreux livres et romans font état. Ce roman de Maalouf construit une belle histoire et un beau voyage à travers les différentes civilisations du bassin méditerranéen. L’espace temporel du roman semble limité entre le XVe et le XVIe siècles, mais l’espace culturel est vaste, plus vaste que l’on peut limité à l’espace géographique du roman. La beauté de ce voyage réside non seulement dans son itinéraire géographique merveilleux ( lieux, endroits, places, pays, régions), mais aussi dans son itinéraire culturel et linguistique (religions, croyances, mœurs, gastronomie, vêtements, langues, dialectes, parlers, glossaires, noms propres). De l’Orient musulman – l’Andalousie, le Maghreb, le Mashreq, l’Anatolie et les rives du Bosphore et des Dardanelles – jusqu’au l’Europe chrétienne – l’Italie, la France, l’Angleterre -, Léon l’Africain, nous fait embarquer avec lui dans un voyage à travers deux mondes qui, même s’ils se présentent antagonistes sur le plan politique (l’Orient musulman vs. l’Europe chrétienne), se trouvent attachés l’un à l’autre par des passerelles, des liens, des substrats culturels aussi profonds que seule la plume d’un écrivain multiculturel à multiple appartenances culturelles, identitaires et linguistiques, comme Amin Maalouf, pourrait mettre en écriture et leur donne un souffle de vie. Le français vient à la rencontre d’autres langues dans le texte dont l’arabe, le persan, le turc, l’anglais, l’italien avec toutes leurs variations dialectales ; des langages vernaculaires, des langages véhiculaires, des langages référentiaires et des langages mythiques se présentent dans le texte pour exprimer l’hiérarchie sociale dominante dans chaque espace culturel. 

Ces passerelles que trace Amin Maalouf bouleverse le mythe de la « fracture imaginaire » entre Orient et Occident, Nord et Sud, et qui prend du bassin méditerranéen un épicentre pour sa légitimité discursive, cachant de façon opportune des intérêts de puissances très profanes. Marchant sur les pas d’Edward Saïd1 et de Georges Corm2, Amin Maalouf remonte aux sources de ce sentiment de fossé infranchissable entre civilisation occidentale et Orient « musulman », et retrace les passerelles d’échange culturel qui existent toujours entre les deux rives de la Méditerranée :

Moi, Hassan fils de Mohamed le peseur, moi, Jean-Léon de Médicis, circoncis de la main d’un barbier et baptisé de la main d’un pape, on me nomme aujourd’hui l’Africain, mais de l’Afrique ne suis, ni d’Europe, ni d’Arabie. On m’appelle aussi le Grenadin, le Fassi, le Zayyati, mais je ne viens d’aucun pays, d’aucune cité, d’aucune tribu. Je suis fils de la route, ma patrie est caravane, et ma vie la plus inattendue des traversées3.

 

De l’Andalousie, Hassan traverse la mer bleue très bleue de la Méditerranée pour arriver aux pays du Maghreb où juifs et musulmans viennent de prendre refuge après leur expulsion de l’Espagne.

Mais le voyage de Hassan ne s’arrête pas ici, il va nous faire découvrir des lieux magnifiques et des fait qui ce sont réellement déroulés. Il se plonge de nouveau dans la mer, cette fois-ci la mer de sables, pour arriver à Tombouctou, au cœur du grand Sahara, aujourd’hui le Mali. Après être banni de Fès pour deux ans, Hassan prend la route vers l’Égypte avec tous ses biens – plus de 200 chameaux et son esclave Hiba – et connaît alors le début de l’errance :

Bien des hommes découvrent le vaste monde en cherchant seulement à faire fortune. Quant à toi mon fils, c’est en cherchant à connaître le monde que tu trébucheras sur un trésor.

Mais son destin le mène vers un autre malheur. Peu de temps après son départ, une violence tempête de neige frappe le convoi et emporte tous ses biens. Il perd tous ses chameaux, ses serviteurs et son escorte l’abandonne et ses tentes se perdent dans la tempête. Réfugiés dans une grotte avoisinante, Hassan et Hiba survivent et peuvent s’échapper de la tempête, sains, saufs, mais sans aucun moyen de survivre, ce qui pousse Hassan à ramener Hiba, libre, dans son village natal, en traversant la mer de sables, le grand Sahara, sur le chemin de Tombouctou. Là, Hiba se fait racheter par les anciens du village à prix d’or, ce qui permet à Hassan de refaire sa vie après être frappé par l’infortune. À suivre… 

Notes

[1] Saïd, Edward. L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident. Traduction de Catherine Malamoud. Paris: Éditions du Seuil, 2005.

[2] Corm, Georges. Orient-Occident, la fracture imaginaire. Paris : Éditions La Découverte, 2005, 208 p.

[3] Maalouf, Amin. Léon l’Africain. Paris : Jean-Claude Lattès, 1986, 363 p.

kaff

Kaaf

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

Dans le parler des gens du pays, le même mot, kaff, désignait parfois la main et la gifle. Que de seigneurs en avaient fait un symbole de puissance et un instrument de gouvernement. (p. 18)

En arabe, kaff ( كفٌ ) signifie la paume de la main, mais aussi une tape, une gifle, un souflet.

Bibliographie

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.

Abdel-Nour. Dictionnaire Arabe – Français, al-hadith. Beyrouth : dar al ilm lilmalayeen, 1983, 1126 p.

 

 

Séroual

Saroual

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

La plupart d’entre eux étaient habillés comme lui, séroual noir bouffant, chemise blanche à rayures, bonnet couleur de terre, et tout le monde ou presque  abordait les mêmes moustaches épaisses et bouclées fièrement vers le haut dans un visage glabre. (p. 18).

De l’arabe, serwal, le saroual (séroual dans Le Rocher de Tanios) est un pantalon traditionnel de toile, très large et léger, à entrejambe bas, porté dans certaines régions du Maghreb (Afrique du Nord) et du Mashreq (Levant).

Au Liban, le saroual est devenu un symbole du villageois libanais, voire du Libanais authentique selon l’idéologie du maronisme politique de la période 1926 – 1975. Il est vu comme une icône folklorique de la culture populaire, et plusieurs personnages de séries télévisées l’ont porté, comme Abou Salim, Abou Milhem et Akhwat Shanaï.

 

Bibliographie

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.

Le Nouveau Petit Littré. Paris : Éditions Garnier, 2009, 2280 p.

Le Nouveau Petit Robert. Paris : Dictionnaires Le Robert, 2001, 2841 p.

 

 

 

Astrolabe

Astrolabe Persan

 

Mentionné dans Léon l’Africain1 :

… si émaillé de termes savants qu’il en était incompréhensible, sauf pour un petit groupe de lettrés désoeuvrés qui passaient avec lui leurs jours et leurs nuits à boire et à discuter de mithridate, d’astrolabe et de métempsycose (p. 46). 

Du bas latin astrolabium, du grec astrolabos, de astron et lambanein, prendre2.

L’astrolabe aurait été inventé par Hipparque (190 – 120 av. È.C.) puis développé par Ptolémée3. Instrument astrologique autrefois employé pour meseurer la hauteur des astres au-dessus de l’horizon4.  Il sert surtout pour l’astrologie, l’enseignement de l’astronomie, et le calcul de l’heure le jour par l’observation du soleil ou pendant la nuit par l’observation des étoiles. Dans sa forme simplifiée, l’« astrolabe nautique », fut le principal instrument de navigation depuis le XVIe siècle jusqu’au XVIIIe siècle.

L’utilisation courante de l’astrolabe remonte à l’astronomie arabe du VIIIe siècle. Des perfectionnements majeurs sont apportés à l’instrument par Al-Zarqali, astronome arabo-andalou établi à Tolède, au XIe siècle. Son instrument sera longtemps connu comme une azafea. Selon l’historien musulman, Ibn Nadim, le premier astrolabe arabe était fait par Ibrahîm ibn Habîb al-Fazâri [mort en 188 H.]5.

 

Notes 

1. Maalouf, Amin. Léon l’Africain. Paris : Jean-Claude Lattès, 1986, 363 p.

2. Le Nouveau Petit Littré. Paris : Éditions Garnier, 2009, 2280 p.

3. Cité par François Nau dans l’introduction à la traduction du Traité de l’astrolabe de Sévère Sebôkht :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/sabokt/astrobale.htm

4. Le Nouveau Petit Robert. Paris : Dictionnaires Le Robert, 2001, 2841 p.

5. J-J D, « L’astrobale, un joyau mathématique », Tangente, no 139,‎ mars 2011, p. 26

 

 

 

Traces et Énoncés dans les romans d’Amin Maalouf

par Fida Dakroub

Dans son dialogue avec l’histoire de l’Orient – qui est en effet un dialogue au degré zéro, selon l’approche bakhtinienne –, Amin Maalouf rejette les frontières politiques qui définissent le bassin méditerranéen, et reconstruit ce monde selon ses relations d’échange commercial, culturel et linguistique qui liaient les deux côtés du bassin. Par exemple dans Les croisades vues par les Arabes, Maalouf nous parle des moments sanglants de l’époque des Croisades, mais aussi des périodes de paix et d’échange commercial et culturel entre Musulmans et Chrétiens1 . Dans Léon l’Africain, nous vivons les terribles moments de la perte de l’Andalousie et les massacres contre musulmans et juifs qui ont suivi, mais aussi nous passons par l’Égypte dont les princes mamelouks gardaient de bonnes relations avec les Catalans chrétiens. Aussi, dans Le Périple de Baldassare, nous voyageons avec le personnage principal Baldassare Embriaco, Génois d’Orient et négociant en curiosités, à travers les villes historiques du bassin méditerranéen. Dans Samarcande, nous trouvons le mot « Occident » dans son usage panorientaliste, ainsi que la trace historique de la théorie d’al-Mawardi concernant « l’émirat de conquête » (imarat al-Istila’) :

Continuer la lecture de Traces et Énoncés dans les romans d’Amin Maalouf

Définir le Pan-Orient

par Fida Dakroub

L’étude du sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf permet-elle, à terme, de restituer à l’Europe son appartenance géographique au continent asiatique ? Dans les romans d’Amin Maalouf, le Pan-Orient se présente non comme un espace géopolitique défini par rapport au Centre colonialiste (l’Occident), mais un espace à multiples dimensions. 1) Horizontalement, le Pan-Orient demeure un espace géoculturel qui comprend toutes les cultures orientales de l’Asie centrale jusqu’à l’Espagne musulmane (l’Andalousie) en Europe occidentale. De celles-ci nous citons la culture indienne, persane, arabe, turque et afro-berbère. 2) Verticalement, le Pan-Orient se présente aussi comme un espace géohistorique qui comprend des grandes cultures telles que les cultures grecque, byzantine, arabe, persane et turque  3) Diagonalement, le Pan-Orient reste un espace géolinguistique, aux niveaux diachronique et synchronique.

Continuer la lecture de Définir le Pan-Orient