Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

Fida Dakroub

Western University

Télécharger l’article en PDF

La problématique
Si le mot roum désigne, dans le contexte des écrits arabes modernes, les chrétiens du rite oriental orthodoxe, et dans le contexte des chroniques musulmanes du « Moyen-âge », les Byzantins – eux-mêmes fondateurs de l’Église orientale orthodoxe -, son usage dans les romans historiques d’Amin Maalouf reste problématique. À titre d’exemple, Maalouf l’utilise dans Les croisades vues par les Arabes pour désigner les Byzantins, ce qui conforme aux deux contextes ci-devant, tandis que dans Léon l’Africain, il l’emploie pour désigner les Castillans catholiques :

a. En réalité, Alexis serait plutôt empereur des Grecs, lesquels se proclament héritiers de l’Empire romain. Cette qualité leur est d’ailleurs reconnue par les Arabes, qui – au XIe siècle comme au XXe – désignent les Grecs par le terme Roum, « Romains » .

b. Ceux qui voulaient la paix avec la Castille disaient : nous sommes faibles et les Roum sont puissants ; nous sommes abandonnés par nos frères d’Égypte et du Maghreb, alors que nos ennemis ont l’appui de Rome et tous les chrétiens . Continuer la lecture de Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

LE PLURILINGUISME

La marque la plus manifeste de l’originalité de l’écriture romanesque d’Amin Maalouf réside dans la manière ingénieuse dont cet auteur construit, dans ses romans, des réseaux discursifs différents de ceux qu’on trouve généralement dans les écritures francophones du Mashreq. En effet, c’est l’organisation polyphonique de la narration qui est à la base de la multiplicité identitaire, de la diversité des perspectives et de la pluralité des récits. Ici s’ajoutent au narrateur principal, tantôt implicite, tantôt explicite, d’autres narrateurs. Ainsi, les voix multiples instaurent une orchestration polyphonique.

L’analyse nous mène à situer l’origine de ce discours polyphonique non pas dans l’imitation des modèles du roman francophone, mais dans la présence d’un fond langagier et culturel primaire, voire le substrat linguistique de l’Orient musulman (l’arabe, le persan, le turc), et de l’Orient chrétien (l’araméen, l’arménien, le grec et le syriaque) qui, agissant sur le plan de l’énonciation, détermine la forme de l’énoncé. C’est cette multiplicité discursive qui met le texte littéraire francophone à l’écart par rapport au discours normatif français du Centre. En conséquence, il nous apparaît essentiel de développer des modalités d’analyse pour cerner les enjeux du phénomène plurilinguistique dans la littérature francophone, mais il reste toujours à considérer la hiérarchie des langues dans un texte littéraire, car la distribution de ces langues procède d’une stricte hiérarchisation.

Continuer la lecture de Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

Granada 1

Généralités

La modalité de l’hétérolinguisme est d’actualité dans le domaine des études littéraires francophones ; elle l’est encore plus dans l’espace africain subsaharien vu le contexte historique dans lequel le roman francophone subsaharien se développa. La recherche de Laté Lawson-Hellu sur l’œuvre de Félix Couchoro en fait preuve. Or, même si la modalité de l’hétérolinguisme confirme sa présence dans le domaine subsaharien, elle demeure moins connue dans celui de la littérature francophone d’origine arabe. L’œuvre monumentale d’Amin Maalouf constitue, dans ce sens, un vaste continent à explorer. On peut donc se demander s’il y a dans ce domaine des spécificités hétérolingues propres à l’œuvre maaloufienne. 

Je ne vise pas dans cette étude à établir une recherche sur les origines des roum historiques. Ce qui m’intéresse ici c’est de déterminer les motifs pour lesquels Amin Maalouf utilise, dans ses romans, l’appellation roum pour désigner tel ou tel peuple. Autrement dit, le sujet de cette étude n’est pas les roum historiques tels qu’ils furent à une époque historique donnée, mais bien plutôt les roum fictifs qui font écho, dans le texte romanesque d’Amin Maalouf, aux roum historiques. 

Amin Maalouf utilise, dans ses romans, plusieurs variantes du mot arabe roûm ; nous y trouvons Roum, Roumiyya et Roumieh1.   

Roum : nom pluriel ( roumi, masc. sing., et roumiyyah fém. sing. ) possédant plusieurs significations à des époques historiques différentes. À l’Antiquité, le mot roum désignait les citoyens de l’Empire romain. Après le partage de l’Empire en 395 ( È. C. )2, cette appellation arabe désignait précisément les citoyens de l’Empire romain d’Orient3 devenu plus tard l’Empire byzantin avec pour capitale Constantinople4. Beaucoup de chercheurs signalent que le mot roum – l’ensemble des sujets de l’Empire byzantin – était autrefois, au Levant, synonyme du Byzantin et, plus tard, du Grec. Cette désignation trouve sa justification dans les chroniques historiques musulmanes (arabes et non arabes) qui désignent les Byzantins par roum. De nos jours, les Libanais et les Syriens utilisent ce mot pour désigner les chrétiens qui suivent le rite grec orthodoxe. Pourtant, dans les textes à caractère historique, ce mot garde toujours sa première signification, les Byzantins. Notons que la variante Roum est omniprésente dans Les croisades vues par les Arabes :

Continuer la lecture de Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

Léon l’Africain

Léon l'africain

Léon l’Africain, un des romans merveilles d’Amin Maalouf, fut écrit en 1987. Il retrace la vie de Hassan al-Wazzan, connu aussi sous le nom de Léon l’Africain, un géographe né dans les années 1490 à Grenade en Andalousie musulmane. C’est une autobiographie imaginaire qui tient sa source à ce personnage historique dont de nombreux livres et romans font état. Ce roman de Maalouf construit une belle histoire et un beau voyage à travers les différentes civilisations du bassin méditerranéen. L’espace temporel du roman semble limité entre le XVe et le XVIe siècles, mais l’espace culturel est vaste, plus vaste que l’on peut limité à l’espace géographique du roman. La beauté de ce voyage réside non seulement dans son itinéraire géographique merveilleux ( lieux, endroits, places, pays, régions), mais aussi dans son itinéraire culturel et linguistique (religions, croyances, mœurs, gastronomie, vêtements, langues, dialectes, parlers, glossaires, noms propres). De l’Orient musulman – l’Andalousie, le Maghreb, le Mashreq, l’Anatolie et les rives du Bosphore et des Dardanelles – jusqu’au l’Europe chrétienne – l’Italie, la France, l’Angleterre -, Léon l’Africain, nous fait embarquer avec lui dans un voyage à travers deux mondes qui, même s’ils se présentent antagonistes sur le plan politique (l’Orient musulman vs. l’Europe chrétienne), se trouvent attachés l’un à l’autre par des passerelles, des liens, des substrats culturels aussi profonds que seule la plume d’un écrivain multiculturel à multiple appartenances culturelles, identitaires et linguistiques, comme Amin Maalouf, pourrait mettre en écriture et leur donne un souffle de vie. Le français vient à la rencontre d’autres langues dans le texte dont l’arabe, le persan, le turc, l’anglais, l’italien avec toutes leurs variations dialectales ; des langages vernaculaires, des langages véhiculaires, des langages référentiaires et des langages mythiques se présentent dans le texte pour exprimer l’hiérarchie sociale dominante dans chaque espace culturel. 

Ces passerelles que trace Amin Maalouf bouleverse le mythe de la « fracture imaginaire » entre Orient et Occident, Nord et Sud, et qui prend du bassin méditerranéen un épicentre pour sa légitimité discursive, cachant de façon opportune des intérêts de puissances très profanes. Marchant sur les pas d’Edward Saïd1 et de Georges Corm2, Amin Maalouf remonte aux sources de ce sentiment de fossé infranchissable entre civilisation occidentale et Orient « musulman », et retrace les passerelles d’échange culturel qui existent toujours entre les deux rives de la Méditerranée :

Moi, Hassan fils de Mohamed le peseur, moi, Jean-Léon de Médicis, circoncis de la main d’un barbier et baptisé de la main d’un pape, on me nomme aujourd’hui l’Africain, mais de l’Afrique ne suis, ni d’Europe, ni d’Arabie. On m’appelle aussi le Grenadin, le Fassi, le Zayyati, mais je ne viens d’aucun pays, d’aucune cité, d’aucune tribu. Je suis fils de la route, ma patrie est caravane, et ma vie la plus inattendue des traversées3.

 

De l’Andalousie, Hassan traverse la mer bleue très bleue de la Méditerranée pour arriver aux pays du Maghreb où juifs et musulmans viennent de prendre refuge après leur expulsion de l’Espagne.

Mais le voyage de Hassan ne s’arrête pas ici, il va nous faire découvrir des lieux magnifiques et des fait qui ce sont réellement déroulés. Il se plonge de nouveau dans la mer, cette fois-ci la mer de sables, pour arriver à Tombouctou, au cœur du grand Sahara, aujourd’hui le Mali. Après être banni de Fès pour deux ans, Hassan prend la route vers l’Égypte avec tous ses biens – plus de 200 chameaux et son esclave Hiba – et connaît alors le début de l’errance :

Bien des hommes découvrent le vaste monde en cherchant seulement à faire fortune. Quant à toi mon fils, c’est en cherchant à connaître le monde que tu trébucheras sur un trésor.

Mais son destin le mène vers un autre malheur. Peu de temps après son départ, une violence tempête de neige frappe le convoi et emporte tous ses biens. Il perd tous ses chameaux, ses serviteurs et son escorte l’abandonne et ses tentes se perdent dans la tempête. Réfugiés dans une grotte avoisinante, Hassan et Hiba survivent et peuvent s’échapper de la tempête, sains, saufs, mais sans aucun moyen de survivre, ce qui pousse Hassan à ramener Hiba, libre, dans son village natal, en traversant la mer de sables, le grand Sahara, sur le chemin de Tombouctou. Là, Hiba se fait racheter par les anciens du village à prix d’or, ce qui permet à Hassan de refaire sa vie après être frappé par l’infortune. À suivre… 

Notes

[1] Saïd, Edward. L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident. Traduction de Catherine Malamoud. Paris: Éditions du Seuil, 2005.

[2] Corm, Georges. Orient-Occident, la fracture imaginaire. Paris : Éditions La Découverte, 2005, 208 p.

[3] Maalouf, Amin. Léon l’Africain. Paris : Jean-Claude Lattès, 1986, 363 p.