Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

Fida Dakroub

Western University

Télécharger l’article en PDF

La problématique
Si le mot roum désigne, dans le contexte des écrits arabes modernes, les chrétiens du rite oriental orthodoxe, et dans le contexte des chroniques musulmanes du « Moyen-âge », les Byzantins – eux-mêmes fondateurs de l’Église orientale orthodoxe -, son usage dans les romans historiques d’Amin Maalouf reste problématique. À titre d’exemple, Maalouf l’utilise dans Les croisades vues par les Arabes pour désigner les Byzantins, ce qui conforme aux deux contextes ci-devant, tandis que dans Léon l’Africain, il l’emploie pour désigner les Castillans catholiques :

a. En réalité, Alexis serait plutôt empereur des Grecs, lesquels se proclament héritiers de l’Empire romain. Cette qualité leur est d’ailleurs reconnue par les Arabes, qui – au XIe siècle comme au XXe – désignent les Grecs par le terme Roum, « Romains » .

b. Ceux qui voulaient la paix avec la Castille disaient : nous sommes faibles et les Roum sont puissants ; nous sommes abandonnés par nos frères d’Égypte et du Maghreb, alors que nos ennemis ont l’appui de Rome et tous les chrétiens . Continuer la lecture de Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

LE PLURILINGUISME

La marque la plus manifeste de l’originalité de l’écriture romanesque d’Amin Maalouf réside dans la manière ingénieuse dont cet auteur construit, dans ses romans, des réseaux discursifs différents de ceux qu’on trouve généralement dans les écritures francophones du Mashreq. En effet, c’est l’organisation polyphonique de la narration qui est à la base de la multiplicité identitaire, de la diversité des perspectives et de la pluralité des récits. Ici s’ajoutent au narrateur principal, tantôt implicite, tantôt explicite, d’autres narrateurs. Ainsi, les voix multiples instaurent une orchestration polyphonique.

L’analyse nous mène à situer l’origine de ce discours polyphonique non pas dans l’imitation des modèles du roman francophone, mais dans la présence d’un fond langagier et culturel primaire, voire le substrat linguistique de l’Orient musulman (l’arabe, le persan, le turc), et de l’Orient chrétien (l’araméen, l’arménien, le grec et le syriaque) qui, agissant sur le plan de l’énonciation, détermine la forme de l’énoncé. C’est cette multiplicité discursive qui met le texte littéraire francophone à l’écart par rapport au discours normatif français du Centre. En conséquence, il nous apparaît essentiel de développer des modalités d’analyse pour cerner les enjeux du phénomène plurilinguistique dans la littérature francophone, mais il reste toujours à considérer la hiérarchie des langues dans un texte littéraire, car la distribution de ces langues procède d’une stricte hiérarchisation.

Continuer la lecture de Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

Construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf

GÉNÉRALITÉS

Parmi les écrivains francophones d’origine arabe, Amin Maalouf est considéré comme l’Homère du roman historique. Né à la croisée de l’Histoire du Mashreq, il possède plusieurs appartenances identitaires. Homme d’Orient et d’Occident, de la chrétienté et de la civilisation musulmane, il a « conquis » l’Académie française1 sous le nom de « Monsieur l’Orient ».La réalité et la fiction s’imbriquent dans toute son œuvre romanesque, constituant un espace oriental à dimensions multiples – culturelle, ethnique, sociale, politique et stylistique. Pourtant, ce qui le distingue des écrivains francophones du Mashreq, quant au recours au roman historique, c’est l’inscription de son écriture dans la perspective orientale. Selon cette perspective, l’Occident ne crée plus l’Orient ; l’Orient se crée lui-même en se présentant dans le texte maaloufien non comme périphérie, mais bien plutôt comme centre de la civilisation et de l’expérience humaine ; tandis que l’Occident se positionne à la Périphérie de l’Orient, dont la mise en écriture évoque le substrat culturel et linguistique des civilisations orientales, et le met ainsi en rapport avec le hic et nunc de l’échange verbal – le dialogue – entre l’Orient et l’Occident.

Continuer la lecture de Construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf

Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

Granada 1

Généralités

La modalité de l’hétérolinguisme est d’actualité dans le domaine des études littéraires francophones ; elle l’est encore plus dans l’espace africain subsaharien vu le contexte historique dans lequel le roman francophone subsaharien se développa. La recherche de Laté Lawson-Hellu sur l’œuvre de Félix Couchoro en fait preuve. Or, même si la modalité de l’hétérolinguisme confirme sa présence dans le domaine subsaharien, elle demeure moins connue dans celui de la littérature francophone d’origine arabe. L’œuvre monumentale d’Amin Maalouf constitue, dans ce sens, un vaste continent à explorer. On peut donc se demander s’il y a dans ce domaine des spécificités hétérolingues propres à l’œuvre maaloufienne. 

Je ne vise pas dans cette étude à établir une recherche sur les origines des roum historiques. Ce qui m’intéresse ici c’est de déterminer les motifs pour lesquels Amin Maalouf utilise, dans ses romans, l’appellation roum pour désigner tel ou tel peuple. Autrement dit, le sujet de cette étude n’est pas les roum historiques tels qu’ils furent à une époque historique donnée, mais bien plutôt les roum fictifs qui font écho, dans le texte romanesque d’Amin Maalouf, aux roum historiques. 

Amin Maalouf utilise, dans ses romans, plusieurs variantes du mot arabe roûm ; nous y trouvons Roum, Roumiyya et Roumieh1.   

Roum : nom pluriel ( roumi, masc. sing., et roumiyyah fém. sing. ) possédant plusieurs significations à des époques historiques différentes. À l’Antiquité, le mot roum désignait les citoyens de l’Empire romain. Après le partage de l’Empire en 395 ( È. C. )2, cette appellation arabe désignait précisément les citoyens de l’Empire romain d’Orient3 devenu plus tard l’Empire byzantin avec pour capitale Constantinople4. Beaucoup de chercheurs signalent que le mot roum – l’ensemble des sujets de l’Empire byzantin – était autrefois, au Levant, synonyme du Byzantin et, plus tard, du Grec. Cette désignation trouve sa justification dans les chroniques historiques musulmanes (arabes et non arabes) qui désignent les Byzantins par roum. De nos jours, les Libanais et les Syriens utilisent ce mot pour désigner les chrétiens qui suivent le rite grec orthodoxe. Pourtant, dans les textes à caractère historique, ce mot garde toujours sa première signification, les Byzantins. Notons que la variante Roum est omniprésente dans Les croisades vues par les Arabes :

Continuer la lecture de Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

franj

faranj

C’est à Amin Maalouf que revient la modulation d’une variante d’un mot d’origine arabe, calqué sur un mot originairement français, et sa ré-inclusion dans la langue française, après la publication de son premier ouvrage Les croisades vues par les Arabes en 1983.

À l’époque des croisades, les chroniqueurs arabes appelaient les Francs faranj, franj, faranjah, (فرنجة )ou ifranj, ifranjah au pluriel ; faranji, ifranji au masculin singulier ; et faranjiyahifranjiyah au féminin singulier. Ces variantes désignaient  les croisés, les Européens et leurs descendants au Proche-Orient et au Levant, vu la majorité des Francs dans ces croisades :

Le moyen âge musulman désigne ordinairement sous le nom de Francs les peuples latins, dispersés dans les contrées de l’Europe, réunis par un lien commun, la sujétion à l’autorité spirituelle du pape, tandis que les Roûmi sont les chrétiens de l’empire byzantin. Ceux-là ne sont pas seulement des Français, des Flamands et des Normands, mais aussi des Allemands, des Anglais, des Espagnols, des Italiens, des Danois et des Norvégiens (…) Lorsque Ousâma [ibn Mounkidh] eut l’occasion de faire ses premières armes contre les Francs entre 1110 et 1119, la France et la Normandie seules étaient encore représentées parmi les initiateurs de la croisade1.

Des traces de ces variantes de l’arabe classique se trouvent toujours dans les parlers libanais et syrien d’aujourd’hui, comme franjé (masculin singulier) et franjiyeh (féminin singulier) ; ces variantes ne signifient plus le Français seulement, mais aussi tout ce qui est occidental, européen. Continuer la lecture de franj

efendi

efendi

Mentionné dans Le Périple de Baldassare :

 J’étais ainsi, grisé mais encore incrédule, lorsqu’un passant m’interpella.

« Baldassare efendi ! »

 Je reconnus tout de suite la voix du cheikh Abdel-Basset, l’imam de la mosquée de Gibelet […] J’allais vers lui, et nous nous saluâmes avec les formules d’usage.

 « D’où venez-vous, pour avoir ce pas dansant ? »

« De chez Idriss. » (p, 27).

 Il s’agit ici d’un mot turc efendim que l’on fait dériver d’un mot de la basse grécité, authentès (αυθεντης), prononcé avthendis, c’est-à-dire seigneur, maître. C’est un titre de courtoisie donné à un notable, maître ou seigneur ; synonyme de dignité et d’honneur que l’on attribue à une personne importante dans l’Empire Ottoman. Il sert précisément à désigner les gens de loi, les fonctionnaires civils, les savants, les lettrés, et il se place à la suite d’un nom propre, comme dans l’exemple ci-devant, ou du nom de la profession. En plus, le ministre des Affaires étrangères de l’Empire ottoman portait le titre reis-efendi, un mot composé de deux mots, le premier arabe vernaculaire, reis (chef ), et le second, efendi, turc.

Continuer la lecture de efendi

hajj / hajjé

hajj

En arabe, le mot hajj veut dire pèlerin. Amin Maalouf l’emploie dans ses deux formes, le masculin, hajj, et le féminin, hajjé. Notons qu’il est inscrit en minuscule précédant le prénom Idriss, pour qu’il se distingue de ce dernier. Même si le sens propre du mot hajj en arabe est « pèlerin », son usage commun dépasse son domaine étymologique, pour qu’il acquiert  une autre signification chargée de valeur de politesse et de respect.

Dans les pays musulmans, toute personne âgée porte le titre hajj ou hajjé précédant son prénom, supposant que cette personne aurait déjà accompli le commandement du pèlerinage à La Mecque. De même pour les minorités chrétiennes de l’Orient, un hajj ou une hajjé est une personne qui a fait le pélerinage en Terre sainte. 

Lorsque le vieux Idriss vient au magasin de Baldassare pour lui proposer un livre à vendre, se dernier s’adresse à lui en utilisant un langage « vernaculaire », le parler de Gibelet. Or, l’auteur ne met pas cet élément pérégrinitique ni en italique ni entre guillemets ; il ne le fait même pas suivre par un commentaire ou une glose métalinguistique, comme nous le montre suivant :

« Laissez-le-moi, hajj Idriss, je vais le montrer à quelques clients qui pourraient être intéressés. » (Le Périple de Baldassare, 25).

Il est à noter ici que Le Périple de Baldassare est un texte riche d’éléments pérégrinitiques.

hajjé

Nous trouvons la forme au féminin, hajjé, dans Le rocher de Tanios :

– Que dis-tu, hajjé ?

On l’appelait ainsi parce que, dans sa jeunesse, elle était partie en pèlerinage à Bethléem, voire la Sainte-Crèche. (Le rocher de Tanios, 34).

Le é final marque le féminin dans le parler libanais qui s’écrit en arabe avec un h muet qui se prononce é ou eh. En arabe classique, c’est le a final qui marque le féminin et qui s’écrit avec un t muet et se prononce a ou ah, hajja.  

Bibliographie

Romans d’Amin Maalouf

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.

—–. Le Périple de Baldassare. Paris: Éditions Grasset & Fasquelle, 2000, 506 p.

 

Ouvrages consultés

Dakroub, Fida. Amin Maalouf et le pan-orientalisme : Écriture et construction identitaire dans le roman historique d’Amin Maalouf. Thèse de doctorat, Western University, 2010.

 

Dicionnaires

Abdel-Nour, Jabbour. Dictionnaire Arabe – Français (al-Hadit). Beyrouth : dar al-‘ilm lil malayine, 1993, 1126 p.

 

 

 

yabné

yabné

par Fida Dakroub

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

En s’adressant aux gens de son domaine, même aux plus âgés, il disait « yabné ! », « mon fils ! », ou « ma fille ! », « ya binté ! ». Il était persuadé qu’un pacte intime le liait à ses sujets, ils lui devaient obéissance et respect, il leur devrait sa protection en toutes circonstances. ( p. 20 )

Le mot « yabné », tel qu’employé par Amin Maalouf, est emprunté au parler villageois libanais. Nous pouvons le déconstruire en trois unités morphologiques :

1. le préfixe vocatif ya : ô ;

2. le radical bin ou bn après l’omission du i : fils ;

3. le suffixe é qui joue le rôle d’un adjectif possessif : mon / ma.

La forme au féminin de ce mot se compose, comme indiqué dans le paragraphe ci-dessus, de deux unités séparées : ya (ô) et binté (ma fille). La déconstruction morphologique de ce mot suit les mêmes étapes que celles de la forme au masculin avec quelques modifications au niveau morphologique. Le préfixe vocatif ya dans yabné (masculin) se détache de bné dans la forme au féminin (ya binté) et reprend sa forme initiale comme particule vocative et non pas comme un préfixe vocatif :

1.la particule vocative ya : ô ;

2. le mot bint : fille ;

3. le suffixe é, un adjectif possessif : ma / mon.

 

 

Bibliographie

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.

 

 

Traces et Énoncés dans les romans d’Amin Maalouf

par Fida Dakroub

Dans son dialogue avec l’histoire de l’Orient – qui est en effet un dialogue au degré zéro, selon l’approche bakhtinienne –, Amin Maalouf rejette les frontières politiques qui définissent le bassin méditerranéen, et reconstruit ce monde selon ses relations d’échange commercial, culturel et linguistique qui liaient les deux côtés du bassin. Par exemple dans Les croisades vues par les Arabes, Maalouf nous parle des moments sanglants de l’époque des Croisades, mais aussi des périodes de paix et d’échange commercial et culturel entre Musulmans et Chrétiens1 . Dans Léon l’Africain, nous vivons les terribles moments de la perte de l’Andalousie et les massacres contre musulmans et juifs qui ont suivi, mais aussi nous passons par l’Égypte dont les princes mamelouks gardaient de bonnes relations avec les Catalans chrétiens. Aussi, dans Le Périple de Baldassare, nous voyageons avec le personnage principal Baldassare Embriaco, Génois d’Orient et négociant en curiosités, à travers les villes historiques du bassin méditerranéen. Dans Samarcande, nous trouvons le mot « Occident » dans son usage panorientaliste, ainsi que la trace historique de la théorie d’al-Mawardi concernant « l’émirat de conquête » (imarat al-Istila’) :

Continuer la lecture de Traces et Énoncés dans les romans d’Amin Maalouf

Définir le Pan-Orient

par Fida Dakroub

L’étude du sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf permet-elle, à terme, de restituer à l’Europe son appartenance géographique au continent asiatique ? Dans les romans d’Amin Maalouf, le Pan-Orient se présente non comme un espace géopolitique défini par rapport au Centre colonialiste (l’Occident), mais un espace à multiples dimensions. 1) Horizontalement, le Pan-Orient demeure un espace géoculturel qui comprend toutes les cultures orientales de l’Asie centrale jusqu’à l’Espagne musulmane (l’Andalousie) en Europe occidentale. De celles-ci nous citons la culture indienne, persane, arabe, turque et afro-berbère. 2) Verticalement, le Pan-Orient se présente aussi comme un espace géohistorique qui comprend des grandes cultures telles que les cultures grecque, byzantine, arabe, persane et turque  3) Diagonalement, le Pan-Orient reste un espace géolinguistique, aux niveaux diachronique et synchronique.

Continuer la lecture de Définir le Pan-Orient

Extraire le sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf

par Fida Dakroub

Généralités

Au préalable, il faut préciser comment les énoncés de l’échange verbal entre deux ou plusieurs locuteurs fonctionnent dans la vie quotidienne. D’ailleurs, il faut noter que les énoncés comprennent deux parties : 1) une partie verbalement réalisée, actualisée ; 2) une partie sous-entendue. La partie sous-entendue n’est rien d’autre que l’horizon commun aux locuteurs, composé d’éléments spatio-temporels, sémiotiques et évaluatifs. Le sous-entendu reste commun, connu des parties impliquées dans un échange verbal quelconque, et commun à eux. Il n’est pas verbalisé, réalisé, et actualisé dans l’énoncé même, comme il constitue la partie extraverbale de l’énoncé, mais il ne peut pas être sans l’énoncé. En plus, les relations qui s’établissent lors d’un échange verbal dans la vie quotidienne se classifient en deux catégories :

1)      la relation qui lie le locuteur à son interlocuteur ; celle-ci se détermine par les éléments constituants de l’échange verbal établi entre eux ;

2)      la relation qui lie les locuteurs à l’échange verbal établi. 

 

De la relation locuteur / interlocuteur

Premièrement, en ce qui concerne la relation locuteur / interlocuteur, un locuteur x entre en contact avec un interlocuteur y, en lui énonçant un énoncé quelconque, par exemple : « comme il fait chaud, aujourd’hui ! ». À ce point-ci, l’échange est encore à un point mort ; nous n’avons pas encore une situation réelle d’échange verbal ; car celui-ci ne se réalise, en tant qu’échange d’énoncés, que lorsque le locuteur x se transforme en interlocuteur y, et celui-ci en locuteur x ; autrement dit, si y ne répond pas à l’énoncé initial de x par un énoncé-réplique, l’échange verbal ne démarre pas et reste figé à un point mort ; car ce n’est pas le « vacarme » verbal qui importe, mais bien plutôt l’échange des énoncés ; en plus, « l’énoncé n’est pas l’affaire du seul locuteur, mais le résultat de son interaction avec un auditeur » (Todorov, p. 70). Continuer la lecture de Extraire le sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf