franj

faranj

C’est à Amin Maalouf que revient la modulation d’une variante d’un mot d’origine arabe, calqué sur un mot originairement français, et sa ré-inclusion dans la langue française, après la publication de son premier ouvrage Les croisades vues par les Arabes en 1983.

À l’époque des croisades, les chroniqueurs arabes appelaient les Francs faranj, franj, faranjah, (فرنجة )ou ifranj, ifranjah au pluriel ; faranji, ifranji au masculin singulier ; et faranjiyahifranjiyah au féminin singulier. Ces variantes désignaient  les croisés, les Européens et leurs descendants au Proche-Orient et au Levant, vu la majorité des Francs dans ces croisades :

Le moyen âge musulman désigne ordinairement sous le nom de Francs les peuples latins, dispersés dans les contrées de l’Europe, réunis par un lien commun, la sujétion à l’autorité spirituelle du pape, tandis que les Roûmi sont les chrétiens de l’empire byzantin. Ceux-là ne sont pas seulement des Français, des Flamands et des Normands, mais aussi des Allemands, des Anglais, des Espagnols, des Italiens, des Danois et des Norvégiens (…) Lorsque Ousâma [ibn Mounkidh] eut l’occasion de faire ses premières armes contre les Francs entre 1110 et 1119, la France et la Normandie seules étaient encore représentées parmi les initiateurs de la croisade1.

Des traces de ces variantes de l’arabe classique se trouvent toujours dans les parlers libanais et syrien d’aujourd’hui, comme franjé (masculin singulier) et franjiyeh (féminin singulier) ; ces variantes ne signifient plus le Français seulement, mais aussi tout ce qui est occidental, européen. Continuer la lecture de franj