Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

Fida Dakroub

Western University

Télécharger l’article en PDF

La problématique
Si le mot roum désigne, dans le contexte des écrits arabes modernes, les chrétiens du rite oriental orthodoxe, et dans le contexte des chroniques musulmanes du « Moyen-âge », les Byzantins – eux-mêmes fondateurs de l’Église orientale orthodoxe -, son usage dans les romans historiques d’Amin Maalouf reste problématique. À titre d’exemple, Maalouf l’utilise dans Les croisades vues par les Arabes pour désigner les Byzantins, ce qui conforme aux deux contextes ci-devant, tandis que dans Léon l’Africain, il l’emploie pour désigner les Castillans catholiques :

a. En réalité, Alexis serait plutôt empereur des Grecs, lesquels se proclament héritiers de l’Empire romain. Cette qualité leur est d’ailleurs reconnue par les Arabes, qui – au XIe siècle comme au XXe – désignent les Grecs par le terme Roum, « Romains » .

b. Ceux qui voulaient la paix avec la Castille disaient : nous sommes faibles et les Roum sont puissants ; nous sommes abandonnés par nos frères d’Égypte et du Maghreb, alors que nos ennemis ont l’appui de Rome et tous les chrétiens . Continuer la lecture de Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf