Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

Granada 1

Généralités

La modalité de l’hétérolinguisme est d’actualité dans le domaine des études littéraires francophones ; elle l’est encore plus dans l’espace africain subsaharien vu le contexte historique dans lequel le roman francophone subsaharien se développa. La recherche de Laté Lawson-Hellu sur l’œuvre de Félix Couchoro en fait preuve. Or, même si la modalité de l’hétérolinguisme confirme sa présence dans le domaine subsaharien, elle demeure moins connue dans celui de la littérature francophone d’origine arabe. L’œuvre monumentale d’Amin Maalouf constitue, dans ce sens, un vaste continent à explorer. On peut donc se demander s’il y a dans ce domaine des spécificités hétérolingues propres à l’œuvre maaloufienne. 

Je ne vise pas dans cette étude à établir une recherche sur les origines des roum historiques. Ce qui m’intéresse ici c’est de déterminer les motifs pour lesquels Amin Maalouf utilise, dans ses romans, l’appellation roum pour désigner tel ou tel peuple. Autrement dit, le sujet de cette étude n’est pas les roum historiques tels qu’ils furent à une époque historique donnée, mais bien plutôt les roum fictifs qui font écho, dans le texte romanesque d’Amin Maalouf, aux roum historiques. 

Amin Maalouf utilise, dans ses romans, plusieurs variantes du mot arabe roûm ; nous y trouvons Roum, Roumiyya et Roumieh1.   

Roum : nom pluriel ( roumi, masc. sing., et roumiyyah fém. sing. ) possédant plusieurs significations à des époques historiques différentes. À l’Antiquité, le mot roum désignait les citoyens de l’Empire romain. Après le partage de l’Empire en 395 ( È. C. )2, cette appellation arabe désignait précisément les citoyens de l’Empire romain d’Orient3 devenu plus tard l’Empire byzantin avec pour capitale Constantinople4. Beaucoup de chercheurs signalent que le mot roum – l’ensemble des sujets de l’Empire byzantin – était autrefois, au Levant, synonyme du Byzantin et, plus tard, du Grec. Cette désignation trouve sa justification dans les chroniques historiques musulmanes (arabes et non arabes) qui désignent les Byzantins par roum. De nos jours, les Libanais et les Syriens utilisent ce mot pour désigner les chrétiens qui suivent le rite grec orthodoxe. Pourtant, dans les textes à caractère historique, ce mot garde toujours sa première signification, les Byzantins. Notons que la variante Roum est omniprésente dans Les croisades vues par les Arabes :

Continuer la lecture de Les Roum chez Amin Maalouf : des Castillans ou des Byzantins ?

franj

faranj

C’est à Amin Maalouf que revient la modulation d’une variante d’un mot d’origine arabe, calqué sur un mot originairement français, et sa ré-inclusion dans la langue française, après la publication de son premier ouvrage Les croisades vues par les Arabes en 1983.

À l’époque des croisades, les chroniqueurs arabes appelaient les Francs faranj, franj, faranjah, (فرنجة )ou ifranj, ifranjah au pluriel ; faranji, ifranji au masculin singulier ; et faranjiyahifranjiyah au féminin singulier. Ces variantes désignaient  les croisés, les Européens et leurs descendants au Proche-Orient et au Levant, vu la majorité des Francs dans ces croisades :

Le moyen âge musulman désigne ordinairement sous le nom de Francs les peuples latins, dispersés dans les contrées de l’Europe, réunis par un lien commun, la sujétion à l’autorité spirituelle du pape, tandis que les Roûmi sont les chrétiens de l’empire byzantin. Ceux-là ne sont pas seulement des Français, des Flamands et des Normands, mais aussi des Allemands, des Anglais, des Espagnols, des Italiens, des Danois et des Norvégiens (…) Lorsque Ousâma [ibn Mounkidh] eut l’occasion de faire ses premières armes contre les Francs entre 1110 et 1119, la France et la Normandie seules étaient encore représentées parmi les initiateurs de la croisade1.

Des traces de ces variantes de l’arabe classique se trouvent toujours dans les parlers libanais et syrien d’aujourd’hui, comme franjé (masculin singulier) et franjiyeh (féminin singulier) ; ces variantes ne signifient plus le Français seulement, mais aussi tout ce qui est occidental, européen. Continuer la lecture de franj