tantour

Tantour

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

Au château, elle feignait l’indifférence ou la fière ironie, et noyait son chagrin dans le sucre. Constamment assise  à la même place, dans le petit salon attenant à sa chambre, elle arborait en guise de coiffure un tantour à l’ancienne, haut tuyau en argent que l’on plantait dans les cheveux à la verticale, et par-dessus lequel retombait un voile de soie, toilette si compliquée qu’elle se gardait bien de la défaire au moment de dormir. (pp. 24 -25)

Dans son livre Correspondance d’Orient 1830 – 1831, Michaud décrit le tantour comme une coiffure typiquement libanaise, surtout maronite :

La coiffure des femmes maronites est une ancienne coiffure asiatique ; une corne en argent, en fer ou en bois est attachée sur le haut du front à l’aide de cordons liés derrière la tête ; un long voile blanc l’enveloppe ; l’ensemble de cette coiffure se nomme tantour. Sur les épaules, descendent de longues tresses de soie noire au bout desquelles pendant des glands avec des chaînons en argent ou en fer, entremêlés de sequins et de toutes sortes de petites pièces de monnaie ; cette dernière parure s’appelle akous ; je l’ai trouvée partout en Syrie ; mais je n’ai vu le tantour que dans le Liban et principalement dans le voisinage de Beirout. (p. 320)

Pour sa part, Gérard de Nerval parle, dans son livre Scènes de la vie orientales, « de quelque chose de comique » que l’on appelle tantour :    

Il y a, du reste, quelque chose de comique à voir s’agiter dans les discussions d’achat et de vente les cornes d’orfèvrerie (tantours), hautes de plus d’un pied, que les femmes druses et maronites portent sur la tête, et balancent sur leur figure un long voile qu’elle y ramènent à volonté. La position de cet ornement leur donne l’air de ces fabuleuses licornes qui servent de support à l’écusson d’Angleterre. Leur costume extérieur est uniformément blanc ou noir. (p. 26)

Bibliographie

Romans d’Amin Maalouf

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.

Ouvrages consultés

Michaud. M. et M. Poujoulat. Correspondance d’Orient 1830 -1831. Paris : Ducollet, Libraire-Éditeur, 1834, 440 p.

Nerval de, Gérard. Scènes de la vie orientale (tome II). Les Femmes du Liban. Paris : Hippolyte Souverian, Éditeur, 1850, 337 p.

 

 

Séroual

Saroual

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

La plupart d’entre eux étaient habillés comme lui, séroual noir bouffant, chemise blanche à rayures, bonnet couleur de terre, et tout le monde ou presque  abordait les mêmes moustaches épaisses et bouclées fièrement vers le haut dans un visage glabre. (p. 18).

De l’arabe, serwal, le saroual (séroual dans Le Rocher de Tanios) est un pantalon traditionnel de toile, très large et léger, à entrejambe bas, porté dans certaines régions du Maghreb (Afrique du Nord) et du Mashreq (Levant).

Au Liban, le saroual est devenu un symbole du villageois libanais, voire du Libanais authentique selon l’idéologie du maronisme politique de la période 1926 – 1975. Il est vu comme une icône folklorique de la culture populaire, et plusieurs personnages de séries télévisées l’ont porté, comme Abou Salim, Abou Milhem et Akhwat Shanaï.

 

Bibliographie

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.

Le Nouveau Petit Littré. Paris : Éditions Garnier, 2009, 2280 p.

Le Nouveau Petit Robert. Paris : Dictionnaires Le Robert, 2001, 2841 p.

 

 

 

Astrolabe

Astrolabe Persan

 

Mentionné dans Léon l’Africain1 :

… si émaillé de termes savants qu’il en était incompréhensible, sauf pour un petit groupe de lettrés désoeuvrés qui passaient avec lui leurs jours et leurs nuits à boire et à discuter de mithridate, d’astrolabe et de métempsycose (p. 46). 

Du bas latin astrolabium, du grec astrolabos, de astron et lambanein, prendre2.

L’astrolabe aurait été inventé par Hipparque (190 – 120 av. È.C.) puis développé par Ptolémée3. Instrument astrologique autrefois employé pour meseurer la hauteur des astres au-dessus de l’horizon4.  Il sert surtout pour l’astrologie, l’enseignement de l’astronomie, et le calcul de l’heure le jour par l’observation du soleil ou pendant la nuit par l’observation des étoiles. Dans sa forme simplifiée, l’« astrolabe nautique », fut le principal instrument de navigation depuis le XVIe siècle jusqu’au XVIIIe siècle.

L’utilisation courante de l’astrolabe remonte à l’astronomie arabe du VIIIe siècle. Des perfectionnements majeurs sont apportés à l’instrument par Al-Zarqali, astronome arabo-andalou établi à Tolède, au XIe siècle. Son instrument sera longtemps connu comme une azafea. Selon l’historien musulman, Ibn Nadim, le premier astrolabe arabe était fait par Ibrahîm ibn Habîb al-Fazâri [mort en 188 H.]5.

 

Notes 

1. Maalouf, Amin. Léon l’Africain. Paris : Jean-Claude Lattès, 1986, 363 p.

2. Le Nouveau Petit Littré. Paris : Éditions Garnier, 2009, 2280 p.

3. Cité par François Nau dans l’introduction à la traduction du Traité de l’astrolabe de Sévère Sebôkht :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/sabokt/astrobale.htm

4. Le Nouveau Petit Robert. Paris : Dictionnaires Le Robert, 2001, 2841 p.

5. J-J D, « L’astrobale, un joyau mathématique », Tangente, no 139,‎ mars 2011, p. 26

 

 

 

Piastre ottomane

Piastre ottomane

La piastre était une ancienne pièce d’argent frappée en Turquie par l’Empire ottoman et par la république de Venise au XVIe siècle à travers ses comptoirs du Levant. Le terme dérive de l’italien piastra. Plus tard, elle désigna les pièces d’argent d’Espagne et en Amérique. La piastre était dite « forte », pour la distinguer de sa « Demi-piastre » sa fraction. La piastre est la sous-division de nombreuses monnaies actuelles comme la livre égyptienne, la livre libanaise, la livre soudanaise, la livre sud-soudanaise ou la livre syrienne. Dans son livre Scènes de la vie orientale, Gérard de Nerval nous en fait signe : 

Je fus étonné de n’avoir à payer en sortant de l’hôtel que dix piastres (2 francs 50 centimes) pour la table d’hôtes. Le signor Battista me prit à part et me fit un reproche amical de n’être pas venu demeurer dans son hôtel. Je lui montrai la pancarte annonçant qu’on n’y était admis que moyennant 60 piastres, ce qui portait la dépense à 1,800 piastres par mois. (p. 14)

Bibliographie 

Nerval de, Gérard. Scènes de la vie orientale (tome II). Les Femmes du Liban. Paris : Hippolyte Souverian, Éditeur, 1850, 337 p.