Léon l’Africain

Léon l'africain

Léon l’Africain, un des romans merveilles d’Amin Maalouf, fut écrit en 1987. Il retrace la vie de Hassan al-Wazzan, connu aussi sous le nom de Léon l’Africain, un géographe né dans les années 1490 à Grenade en Andalousie musulmane. C’est une autobiographie imaginaire qui tient sa source à ce personnage historique dont de nombreux livres et romans font état. Ce roman de Maalouf construit une belle histoire et un beau voyage à travers les différentes civilisations du bassin méditerranéen. L’espace temporel du roman semble limité entre le XVe et le XVIe siècles, mais l’espace culturel est vaste, plus vaste que l’on peut limité à l’espace géographique du roman. La beauté de ce voyage réside non seulement dans son itinéraire géographique merveilleux ( lieux, endroits, places, pays, régions), mais aussi dans son itinéraire culturel et linguistique (religions, croyances, mœurs, gastronomie, vêtements, langues, dialectes, parlers, glossaires, noms propres). De l’Orient musulman – l’Andalousie, le Maghreb, le Mashreq, l’Anatolie et les rives du Bosphore et des Dardanelles – jusqu’au l’Europe chrétienne – l’Italie, la France, l’Angleterre -, Léon l’Africain, nous fait embarquer avec lui dans un voyage à travers deux mondes qui, même s’ils se présentent antagonistes sur le plan politique (l’Orient musulman vs. l’Europe chrétienne), se trouvent attachés l’un à l’autre par des passerelles, des liens, des substrats culturels aussi profonds que seule la plume d’un écrivain multiculturel à multiple appartenances culturelles, identitaires et linguistiques, comme Amin Maalouf, pourrait mettre en écriture et leur donne un souffle de vie. Le français vient à la rencontre d’autres langues dans le texte dont l’arabe, le persan, le turc, l’anglais, l’italien avec toutes leurs variations dialectales ; des langages vernaculaires, des langages véhiculaires, des langages référentiaires et des langages mythiques se présentent dans le texte pour exprimer l’hiérarchie sociale dominante dans chaque espace culturel. 

Ces passerelles que trace Amin Maalouf bouleverse le mythe de la « fracture imaginaire » entre Orient et Occident, Nord et Sud, et qui prend du bassin méditerranéen un épicentre pour sa légitimité discursive, cachant de façon opportune des intérêts de puissances très profanes. Marchant sur les pas d’Edward Saïd1 et de Georges Corm2, Amin Maalouf remonte aux sources de ce sentiment de fossé infranchissable entre civilisation occidentale et Orient « musulman », et retrace les passerelles d’échange culturel qui existent toujours entre les deux rives de la Méditerranée :

Moi, Hassan fils de Mohamed le peseur, moi, Jean-Léon de Médicis, circoncis de la main d’un barbier et baptisé de la main d’un pape, on me nomme aujourd’hui l’Africain, mais de l’Afrique ne suis, ni d’Europe, ni d’Arabie. On m’appelle aussi le Grenadin, le Fassi, le Zayyati, mais je ne viens d’aucun pays, d’aucune cité, d’aucune tribu. Je suis fils de la route, ma patrie est caravane, et ma vie la plus inattendue des traversées3.

 

De l’Andalousie, Hassan traverse la mer bleue très bleue de la Méditerranée pour arriver aux pays du Maghreb où juifs et musulmans viennent de prendre refuge après leur expulsion de l’Espagne.

Mais le voyage de Hassan ne s’arrête pas ici, il va nous faire découvrir des lieux magnifiques et des fait qui ce sont réellement déroulés. Il se plonge de nouveau dans la mer, cette fois-ci la mer de sables, pour arriver à Tombouctou, au cœur du grand Sahara, aujourd’hui le Mali. Après être banni de Fès pour deux ans, Hassan prend la route vers l’Égypte avec tous ses biens – plus de 200 chameaux et son esclave Hiba – et connaît alors le début de l’errance :

Bien des hommes découvrent le vaste monde en cherchant seulement à faire fortune. Quant à toi mon fils, c’est en cherchant à connaître le monde que tu trébucheras sur un trésor.

Mais son destin le mène vers un autre malheur. Peu de temps après son départ, une violence tempête de neige frappe le convoi et emporte tous ses biens. Il perd tous ses chameaux, ses serviteurs et son escorte l’abandonne et ses tentes se perdent dans la tempête. Réfugiés dans une grotte avoisinante, Hassan et Hiba survivent et peuvent s’échapper de la tempête, sains, saufs, mais sans aucun moyen de survivre, ce qui pousse Hassan à ramener Hiba, libre, dans son village natal, en traversant la mer de sables, le grand Sahara, sur le chemin de Tombouctou. Là, Hiba se fait racheter par les anciens du village à prix d’or, ce qui permet à Hassan de refaire sa vie après être frappé par l’infortune. À suivre… 

Notes

[1] Saïd, Edward. L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident. Traduction de Catherine Malamoud. Paris: Éditions du Seuil, 2005.

[2] Corm, Georges. Orient-Occident, la fracture imaginaire. Paris : Éditions La Découverte, 2005, 208 p.

[3] Maalouf, Amin. Léon l’Africain. Paris : Jean-Claude Lattès, 1986, 363 p.