Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

Fida Dakroub

Western University

Télécharger l’article en PDF

La problématique
Si le mot roum désigne, dans le contexte des écrits arabes modernes, les chrétiens du rite oriental orthodoxe, et dans le contexte des chroniques musulmanes du « Moyen-âge », les Byzantins – eux-mêmes fondateurs de l’Église orientale orthodoxe -, son usage dans les romans historiques d’Amin Maalouf reste problématique. À titre d’exemple, Maalouf l’utilise dans Les croisades vues par les Arabes pour désigner les Byzantins, ce qui conforme aux deux contextes ci-devant, tandis que dans Léon l’Africain, il l’emploie pour désigner les Castillans catholiques :

a. En réalité, Alexis serait plutôt empereur des Grecs, lesquels se proclament héritiers de l’Empire romain. Cette qualité leur est d’ailleurs reconnue par les Arabes, qui – au XIe siècle comme au XXe – désignent les Grecs par le terme Roum, « Romains » .

b. Ceux qui voulaient la paix avec la Castille disaient : nous sommes faibles et les Roum sont puissants ; nous sommes abandonnés par nos frères d’Égypte et du Maghreb, alors que nos ennemis ont l’appui de Rome et tous les chrétiens . Continuer la lecture de Trace, Présupposition et nisba géographique Étude dialogique du mot roum chez Amin Maalouf

Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

LE PLURILINGUISME

La marque la plus manifeste de l’originalité de l’écriture romanesque d’Amin Maalouf réside dans la manière ingénieuse dont cet auteur construit, dans ses romans, des réseaux discursifs différents de ceux qu’on trouve généralement dans les écritures francophones du Mashreq. En effet, c’est l’organisation polyphonique de la narration qui est à la base de la multiplicité identitaire, de la diversité des perspectives et de la pluralité des récits. Ici s’ajoutent au narrateur principal, tantôt implicite, tantôt explicite, d’autres narrateurs. Ainsi, les voix multiples instaurent une orchestration polyphonique.

L’analyse nous mène à situer l’origine de ce discours polyphonique non pas dans l’imitation des modèles du roman francophone, mais dans la présence d’un fond langagier et culturel primaire, voire le substrat linguistique de l’Orient musulman (l’arabe, le persan, le turc), et de l’Orient chrétien (l’araméen, l’arménien, le grec et le syriaque) qui, agissant sur le plan de l’énonciation, détermine la forme de l’énoncé. C’est cette multiplicité discursive qui met le texte littéraire francophone à l’écart par rapport au discours normatif français du Centre. En conséquence, il nous apparaît essentiel de développer des modalités d’analyse pour cerner les enjeux du phénomène plurilinguistique dans la littérature francophone, mais il reste toujours à considérer la hiérarchie des langues dans un texte littéraire, car la distribution de ces langues procède d’une stricte hiérarchisation.

Continuer la lecture de Hétérolinguisme dans les romans d’Amin Maalouf

Construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf

GÉNÉRALITÉS

Parmi les écrivains francophones d’origine arabe, Amin Maalouf est considéré comme l’Homère du roman historique. Né à la croisée de l’Histoire du Mashreq, il possède plusieurs appartenances identitaires. Homme d’Orient et d’Occident, de la chrétienté et de la civilisation musulmane, il a « conquis » l’Académie française1 sous le nom de « Monsieur l’Orient ».La réalité et la fiction s’imbriquent dans toute son œuvre romanesque, constituant un espace oriental à dimensions multiples – culturelle, ethnique, sociale, politique et stylistique. Pourtant, ce qui le distingue des écrivains francophones du Mashreq, quant au recours au roman historique, c’est l’inscription de son écriture dans la perspective orientale. Selon cette perspective, l’Occident ne crée plus l’Orient ; l’Orient se crée lui-même en se présentant dans le texte maaloufien non comme périphérie, mais bien plutôt comme centre de la civilisation et de l’expérience humaine ; tandis que l’Occident se positionne à la Périphérie de l’Orient, dont la mise en écriture évoque le substrat culturel et linguistique des civilisations orientales, et le met ainsi en rapport avec le hic et nunc de l’échange verbal – le dialogue – entre l’Orient et l’Occident.

Continuer la lecture de Construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf

Extraire le sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf

par Fida Dakroub

Généralités

Au préalable, il faut préciser comment les énoncés de l’échange verbal entre deux ou plusieurs locuteurs fonctionnent dans la vie quotidienne. D’ailleurs, il faut noter que les énoncés comprennent deux parties : 1) une partie verbalement réalisée, actualisée ; 2) une partie sous-entendue. La partie sous-entendue n’est rien d’autre que l’horizon commun aux locuteurs, composé d’éléments spatio-temporels, sémiotiques et évaluatifs. Le sous-entendu reste commun, connu des parties impliquées dans un échange verbal quelconque, et commun à eux. Il n’est pas verbalisé, réalisé, et actualisé dans l’énoncé même, comme il constitue la partie extraverbale de l’énoncé, mais il ne peut pas être sans l’énoncé. En plus, les relations qui s’établissent lors d’un échange verbal dans la vie quotidienne se classifient en deux catégories :

1)      la relation qui lie le locuteur à son interlocuteur ; celle-ci se détermine par les éléments constituants de l’échange verbal établi entre eux ;

2)      la relation qui lie les locuteurs à l’échange verbal établi. 

 

De la relation locuteur / interlocuteur

Premièrement, en ce qui concerne la relation locuteur / interlocuteur, un locuteur x entre en contact avec un interlocuteur y, en lui énonçant un énoncé quelconque, par exemple : « comme il fait chaud, aujourd’hui ! ». À ce point-ci, l’échange est encore à un point mort ; nous n’avons pas encore une situation réelle d’échange verbal ; car celui-ci ne se réalise, en tant qu’échange d’énoncés, que lorsque le locuteur x se transforme en interlocuteur y, et celui-ci en locuteur x ; autrement dit, si y ne répond pas à l’énoncé initial de x par un énoncé-réplique, l’échange verbal ne démarre pas et reste figé à un point mort ; car ce n’est pas le « vacarme » verbal qui importe, mais bien plutôt l’échange des énoncés ; en plus, « l’énoncé n’est pas l’affaire du seul locuteur, mais le résultat de son interaction avec un auditeur » (Todorov, p. 70). Continuer la lecture de Extraire le sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf