Parution : Cahiers du GRELCEF / no. 5

Western University

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 5 de la revue Cahiers du Grelcef, « Les espaces divers de la Coolitude », sous la direction de Rohini Bannerjee de Saint Mary’s University ( Canada ). Ce dossier qui porte sur le thème de la Coolitude constitue une première en français sur la question, et ouvre de nouvelles perspectives de la réflexion sur la question coloniale. Vous trouverez l’intégralité du numéro en accès libre à l’adresse de la revue Les Cahiers du Grelcef. Voici le sommaire du numéro :

Sommaire

Éditorial

 

Laté Lawson-Hellu

La Coolitude et la question francophone

 

Présentation

 

Rohini Bannerjee et Khal Torabully

Les espaces divers de la Coolitude Dossier Thématique Ashwiny O. KistnareddyLes voix de la Coolitude : entre harmonie et dissonance

 

Laté Lawson-Hellu

La question épistémique de la « déterritorialisation » Sonia DosoruthLa poétisation de la mer dans Les Rochers de poudre d’or de Nathacha Appanah : une esthétisation de l’imaginaire ?

 

Manisha Goodary-Tauckoor

Coolitude, l’aventure du signifiant, l’érotisme et la jouissance

 

Hors-Thème

Alix Pierre

Peindre en pays dominé ou l’esthétique du marronnage chez le plasticien guadeloupéen Joël Nankin

 

Créations

Andil Gosine

Wardrobes

 

Khal Torabully

Des Indes au Portugal

 

Nous lisons dans l’éditorial :

Si Khal Torabully, poète et théoricien mauricien et français du 20e siècle, est à l’origine du principe de la « Coolitude » dans la perspective de l’expérience indienne de l’histoire de la plantation dans les anciennes colonies européennes insulaires, c’est un principe qui vise également et plus généralement à formuler la rencontre des cultures résultant de cette histoire. S’il permet ainsi de théoriser la problématique identitaire plurielle de la migration indienne, il est aussi au cœur de la problématique identitaire insulaire et post-coloniale dont rendent compte par exemple les principes de l’antillanité, de la créolité, ou du « Tout-monde » de Glissant, principes par ailleurs définis par leur perspective francophone épistémique. En cela, c’est un principe qui n’infirme pas seulement le discours colonial, mais qui propose en outre la dynamique intrinsèque du fait identitaire.

C’est la pertinence de cette portée plurielle du principe dans la question identitaire qui est à l’origine de ce numéro dont l’intention est d’en explorer les extensions soit dans la pensée et la poésie de Khal Torabully, soit dans ses divers espaces, esthétiques, théoriques ou discursifs d’appréhension. Les articulations épistémologiques de cette pertinence permettent ainsi d’envisager, entre autres, la relation entre la Coolitude et l’œuvre de Khal Torabully, entre les Indes ou l’« Inde plurielle » et le voyage, la relation entre les altérités au pays et à l’étranger, l’engagisme comme fait historique et source d’un humanisme de la diversité, la mer comme espace de déconstruction, reconstruction des imaginaires et des identités, la poétisation du kala pani lui-même comme une première en littérature avec l’œuvre du poète, la Coolitude comme espace de mémoire entre l’esclavage et l’engagisme ou avec le néo-prolétariat de l’immigration aujourd’hui, la question des langues, où interviennent la polyphonie, la métonymie et la centralité du voyage océanique, la Coolitude en tant qu’espace possible de dialogue entre l’engagisme et l’esclavage, ou comme métaphore à partir du principe du corail – et non du rhizome – fondé sur la connectivité agglutinante, la Coolitude comme discours au-delà du principe du maître et de l’esclave, ou comme « relation » entre l’espace géographique et le fait littéraire, la Coolitude dans ses « voix », avec des écrivains et écrivaines comme V. S. Naipaul, Salman Rushdie, Natasha Appanah, Amal Sewtohul, Ananda Devi, Amitav Ghosh, Raphael Confiant, Maryse Condé, J.M.G. Le Clézio, pour ne citer que ces voix-là, la Coolitude dans ses filiations avec la créolité, avec la créolisation ou avec les imaginaires de la relation, la Coolitude en tant que discours matriciel entre la mère et l’espace d’origine, ou par rapport au principe de la mondialisation, ou encore dans la perspective théorique de sa portée herméneutique ou de son rapport à la théorie postcoloniale ; autant d’avenues que le principe ouvre pour la réflexion.

Néanmoins, la question de la Coolitude, longtemps réservée à la réflexion circonscrite dans ses repères historiques, voire diasporiques, ne manque pas d’interpeler la problématique francophone dans son ensemble. C’est à ce titre que se comprennent également ses espaces d’intelligibilité désormais, des îles de l’Océan Indien à celles des Caraïbes. Si la Coolitude se décline ainsi dans l’espace insulaire de ses référents historiques, c’est également dans la spécificité francophone de ces référents qu’elle en vient à intégrer la réflexion d’ensemble sur la question identitaire dans le fait francophone, qu’il soit culturel, littéraire, épistémologique ou institutionnel. Les articles présentés dans ce numéro donnent un aperçu de ce rapport d’intelligibilité entre la Coolitude, dans ses discours, et le fait identitaire francophone. Comme d’usage, leurs contenus relèvent de l’entière responsabilité des auteur.e.s et ne sauraient refléter le point de vue du groupe ou de ses affiliations institutionnelles.


Publié par

Fida Dakroub

Docteur en Études françaises ( Western University, 2010 ), Fida Dakroub est écrivaine, membre du G.R.E.L.C.E.F., Groupe de recherche et d’études sur les littératures et cultures de l’espace francophone à l’Université Western (Ontario, Canada), 0ù elle fait partie du comité de rédaction des Cahiers du Grelcef, une revue savante annuelle dudit groupe.

Laisser un commentaire