franj

faranj

C’est à Amin Maalouf que revient la modulation d’une variante d’un mot d’origine arabe, calqué sur un mot originairement français, et sa ré-inclusion dans la langue française, après la publication de son premier ouvrage Les croisades vues par les Arabes en 1983.

À l’époque des croisades, les chroniqueurs arabes appelaient les Francs faranj, franj, faranjah, (فرنجة )ou ifranj, ifranjah au pluriel ; faranji, ifranji au masculin singulier ; et faranjiyahifranjiyah au féminin singulier. Ces variantes désignaient  les croisés, les Européens et leurs descendants au Proche-Orient et au Levant, vu la majorité des Francs dans ces croisades :

Le moyen âge musulman désigne ordinairement sous le nom de Francs les peuples latins, dispersés dans les contrées de l’Europe, réunis par un lien commun, la sujétion à l’autorité spirituelle du pape, tandis que les Roûmi sont les chrétiens de l’empire byzantin. Ceux-là ne sont pas seulement des Français, des Flamands et des Normands, mais aussi des Allemands, des Anglais, des Espagnols, des Italiens, des Danois et des Norvégiens (…) Lorsque Ousâma [ibn Mounkidh] eut l’occasion de faire ses premières armes contre les Francs entre 1110 et 1119, la France et la Normandie seules étaient encore représentées parmi les initiateurs de la croisade1.

Des traces de ces variantes de l’arabe classique se trouvent toujours dans les parlers libanais et syrien d’aujourd’hui, comme franjé (masculin singulier) et franjiyeh (féminin singulier) ; ces variantes ne signifient plus le Français seulement, mais aussi tout ce qui est occidental, européen.

Dans un notre domaine, la famille Frangié (فرنجية) – dérivé du mot français franque – est une des plus grandes familles du Liban. Les membres de cette famille jouent toujours un grand rôle dans l’histoire de ce pays. À titre d’exemple, Soleimane Frangié (1910 – 1992) fut président de la République libanaise de 1970 à 1976.

Quant à l’usage de ce mot par Amin Maalouf, ce dernier en adopta, dans son livre Les croisades vues par les Arabes, une forme unifiante et concise, franj :

Ces derniers ne parlent pas de croisades, mais de guerres ou d’invasions franques. Le mot qui désigne les francs est transcrit différemment selon les régions, les auteurs et les périodes : Faranj, Faranjat, Ifranj, Ifranjat… Pour unifier, nous avons choisi la forme la plus concise, celle surtout qui sert aujourd’hui encore dans le parler populaire à nommer les Occidentaux, et plus particulièrement les Français : Franj2

Antérieurement au texte d’Amin Maalouf, des variantes de ce mot furent utilisées dans les domaines de l’orientalisme et de l’islamologie. À titre d’exemple, Félix Charmetant, directeur général des Œuvres d’Orient, adressa une lettre à l’abbé Charles Lagier, lors de la conférence d’Écoles d’Orient, Nos droits français et nos missions en Orient, en 1905, soulignant la signification du mot frangi dans les parlers des Levantins. Cette lettre fut publiée plus tard comme introduction au livre de l’abbé Lagier, Byzance et Stamboul ; nous en citons le paragraphe suivant :

C’était cependant un avantage politique inappréciable et un honneur envié que de grouper, comme autrefois, autour de l’hégémonie française, les catholiques du monde entier, et d’exercer ce droit séculaire, que nous concèdent les capitulations et les traités internationaux, de protéger les chrétiens d’Orient, d’être le mandataire de l’Église dans ses vastes régions, où catholique est synonyme de français (frangi), où toute question religieuse qui relève de la nation protectrice, de présider ainsi aux intérêts supérieurs de la civilisation chrétienne dans le monde3

L’origine du mot remonte jusqu’aux XIe et XIIe siècles ; il fut utilisé par les chroniqueurs musulmans de l’époque des croisades. À l’exemple notoire d’Ousama Ibn Mounkidh (1095 – 1188) qui, au soir de sa vie, rédigea une autobiographie, Itibâr ou l’Expérience. Il s’agit d’un récit d’un intérêt capital pour cette époque en raison de sa spontanéité et de sa sagesse avec lesquelles l’auteur nous raconte ses rapports tantôt pacifiques, tantôt orageux, avec les Francs :

Si l’on fait abstraction des malédictions obligatoires, formules creuses sans lesquelles le mot Al-Ifranji « Les Francs » sonnerait mal à une oreille musulmane, Ousâma ne s’abaisse, ni à ravaler, ni à dénigrer les croisés, lui que l’un d’eux appelait : mon frère, lui qui n’a pas hésité à nommer les Templiers : mes amis, lui qui ne se crut pas déshonoré, parce qu’il se rendit à la cour du roi Foulques, parce qu’il répondit aux avances de Guillaume de Bures, prince de Tibériade, et d’Ulric, vicomte de Naplouse4.

Notes

[1] Ousama ibn Mounkidh (1095 – 1188). Ousama ibn Mounkidh, un émir syrien au premier siècle des croisades (1095- 1188). Première partie éditée par Hartwig Derenbourg. Paris : Ernest Leroux, Éditeur, 1893, p. 469.

[2] Maalouf, Amin. Les croisades vues par les Arabes. Paris : Jean-Claude Lattès, 1983, p. 9.

[3] Lagier, Charles L’Abbé. Byzance et Stamboul. Nos droits français et nos missions en Orient. Paris : Bureau de l’oeuvre des Écoles d’Orient, 1905, p. 3.

[4] Ousama ibn Mounkidh, ibid, p. 480. 

Bibliographie

Romans d’Amin Maalouf

Maalouf, Amin. Les croisades vues par les Arabes. Paris : Jean-Claude Lattès, 1983, 299 p.

Ouvrages consultés

Ammoun, Denise. Histoire du Liban contemporain 1943-1990. Paris : Éditions Fayard, 2005, 1010 p.

Lagier, Charles L’Abbé. Byzance et Stamboul. Nos droits français et nos missions en Orient. Paris : Bureau de l’oeuvre des Écoles d’Orient, 1905, 51 p.

Ousama ibn Mounkidh (1095- 1188). Ousama ibn Mounkidh, un émir syrien au premier siècle des croisades (1095- 1188). Première partie, éditée par Hartwig Derenbourg. Paris : Ernest Leroux, Éditeur, 1893, 730p.

 

 


Publié par

Fida Dakroub

Docteur en Études françaises ( Western University, 2010 ), Fida Dakroub est écrivaine, membre du G.R.E.L.C.E.F., Groupe de recherche et d’études sur les littératures et cultures de l’espace francophone à l’Université Western (Ontario, Canada), 0ù elle fait partie du comité de rédaction des Cahiers du Grelcef, une revue savante annuelle dudit groupe.

Laisser un commentaire