tantour

Tantour

Mentionné dans Le rocher de Tanios :

Au château, elle feignait l’indifférence ou la fière ironie, et noyait son chagrin dans le sucre. Constamment assise  à la même place, dans le petit salon attenant à sa chambre, elle arborait en guise de coiffure un tantour à l’ancienne, haut tuyau en argent que l’on plantait dans les cheveux à la verticale, et par-dessus lequel retombait un voile de soie, toilette si compliquée qu’elle se gardait bien de la défaire au moment de dormir. (pp. 24 -25)

Dans son livre Correspondance d’Orient 1830 – 1831, Michaud décrit le tantour comme une coiffure typiquement libanaise, surtout maronite :

La coiffure des femmes maronites est une ancienne coiffure asiatique ; une corne en argent, en fer ou en bois est attachée sur le haut du front à l’aide de cordons liés derrière la tête ; un long voile blanc l’enveloppe ; l’ensemble de cette coiffure se nomme tantour. Sur les épaules, descendent de longues tresses de soie noire au bout desquelles pendant des glands avec des chaînons en argent ou en fer, entremêlés de sequins et de toutes sortes de petites pièces de monnaie ; cette dernière parure s’appelle akous ; je l’ai trouvée partout en Syrie ; mais je n’ai vu le tantour que dans le Liban et principalement dans le voisinage de Beirout. (p. 320)

Pour sa part, Gérard de Nerval parle, dans son livre Scènes de la vie orientales, « de quelque chose de comique » que l’on appelle tantour :    

Il y a, du reste, quelque chose de comique à voir s’agiter dans les discussions d’achat et de vente les cornes d’orfèvrerie (tantours), hautes de plus d’un pied, que les femmes druses et maronites portent sur la tête, et balancent sur leur figure un long voile qu’elle y ramènent à volonté. La position de cet ornement leur donne l’air de ces fabuleuses licornes qui servent de support à l’écusson d’Angleterre. Leur costume extérieur est uniformément blanc ou noir. (p. 26)

Bibliographie

Romans d’Amin Maalouf

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.

Ouvrages consultés

Michaud. M. et M. Poujoulat. Correspondance d’Orient 1830 -1831. Paris : Ducollet, Libraire-Éditeur, 1834, 440 p.

Nerval de, Gérard. Scènes de la vie orientale (tome II). Les Femmes du Liban. Paris : Hippolyte Souverian, Éditeur, 1850, 337 p.

 

 


Publié par

Fida Dakroub

Docteur en Études françaises ( Western University, 2010 ), Fida Dakroub est écrivaine indépendante.

Laisser un commentaire