efendi

efendi

Mentionné dans Le Périple de Baldassare :

 J’étais ainsi, grisé mais encore incrédule, lorsqu’un passant m’interpella.

« Baldassare efendi ! »

 Je reconnus tout de suite la voix du cheikh Abdel-Basset, l’imam de la mosquée de Gibelet […] J’allais vers lui, et nous nous saluâmes avec les formules d’usage.

 « D’où venez-vous, pour avoir ce pas dansant ? »

« De chez Idriss. » (p, 27).

 Il s’agit ici d’un mot turc efendim que l’on fait dériver d’un mot de la basse grécité, authentès (αυθεντης), prononcé avthendis, c’est-à-dire seigneur, maître. C’est un titre de courtoisie donné à un notable, maître ou seigneur ; synonyme de dignité et d’honneur que l’on attribue à une personne importante dans l’Empire Ottoman. Il sert précisément à désigner les gens de loi, les fonctionnaires civils, les savants, les lettrés, et il se place à la suite d’un nom propre, comme dans l’exemple ci-devant, ou du nom de la profession. En plus, le ministre des Affaires étrangères de l’Empire ottoman portait le titre reis-efendi, un mot composé de deux mots, le premier arabe vernaculaire, reis (chef ), et le second, efendi, turc.

Notons aussi que ce titre constituait le plus haut grade qu’un Noir pouvait atteindre dans l’armée coloniale britannique en Afrique de l’Est, la King’s African Rifles. Il correspondait au grade de lieutenant mais sans le titre d’officier . La plupart des effendis étaient des soudanais, pendant que les simples soldats étaient des Noirs appelés askaris, et formés sur place dans des bataillons créés en Ouganda.  Ce dernier mot, askaris (soldat), est aussi d’origine arabe et turque. 

Dès le XIXe siècle, le mot efendi perdit sa signification sociale et répond seulement au mot français monsieur.

De nos jours, plusieurs variantes de ce mot existent toujours dans les langues et les dialectes des anciennes provinces arabophones de l’Empire ottoman, surtout au Liban, en Syrie et en Égypte. Nous en soulignons les variantes suivantes :

 1. constante turque : efendim ;

2. variante turque : efendi ;

3. variante syrienne : afandi ;

4. variante libanaise : afandé ;

5. variante égyptienne : afandem.  

 

Bibliographie

Romans d’Amin Maalouf

Maalouf, Amin. Le Périple de Baldassare. Paris: Éditions Grasset & Fasquelle, 2000, 506 p.

Ouvrages consultés

Dakroub, Fida. Amin Maalouf et le pan-orientalisme : Écriture et construction identitaire dans le roman historique d’Amin Maalouf. Thèse de doctorat, Western University, 2010.

Halbout, Dominique, and Gonen Guzey. Le turc sans peine. Paris: Assimil, 1992.

Abdel-Nour, Jabbour. Dictionnaire Arabe – Français (al-Hadit). Beyrouth : dar al-‘ilm lil malayine, 1993, 1126 p.

Le Nouveau Petit Littré. Paris : Éditions Garnier, 2009, 2280 p.

Le Nouveau Petit Robert. Paris : Dictionnaires Le Robert, 2001, 2841 p.

 


Publié par

Fida Dakroub

Docteur en Études françaises ( Western University, 2010 ), Fida Dakroub est écrivaine, membre du G.R.E.L.C.E.F., Groupe de recherche et d’études sur les littératures et cultures de l’espace francophone à l’Université Western (Ontario, Canada), 0ù elle fait partie du comité de rédaction des Cahiers du Grelcef, une revue savante annuelle dudit groupe.

Laisser un commentaire