hajj / hajjé

hajj

En arabe, le mot hajj veut dire pèlerin. Amin Maalouf l’emploie dans ses deux formes, le masculin, hajj, et le féminin, hajjé. Notons qu’il est inscrit en minuscule précédant le prénom Idriss, pour qu’il se distingue de ce dernier. Même si le sens propre du mot hajj en arabe est « pèlerin », son usage commun dépasse son domaine étymologique, pour qu’il acquiert  une autre signification chargée de valeur de politesse et de respect.

Dans les pays musulmans, toute personne âgée porte le titre hajj ou hajjé précédant son prénom, supposant que cette personne aurait déjà accompli le commandement du pèlerinage à La Mecque. De même pour les minorités chrétiennes de l’Orient, un hajj ou une hajjé est une personne qui a fait le pélerinage en Terre sainte. 

Lorsque le vieux Idriss vient au magasin de Baldassare pour lui proposer un livre à vendre, se dernier s’adresse à lui en utilisant un langage « vernaculaire », le parler de Gibelet. Or, l’auteur ne met pas cet élément pérégrinitique ni en italique ni entre guillemets ; il ne le fait même pas suivre par un commentaire ou une glose métalinguistique, comme nous le montre suivant :

« Laissez-le-moi, hajj Idriss, je vais le montrer à quelques clients qui pourraient être intéressés. » (Le Périple de Baldassare, 25).

Il est à noter ici que Le Périple de Baldassare est un texte riche d’éléments pérégrinitiques.

hajjé

Nous trouvons la forme au féminin, hajjé, dans Le rocher de Tanios :

– Que dis-tu, hajjé ?

On l’appelait ainsi parce que, dans sa jeunesse, elle était partie en pèlerinage à Bethléem, voire la Sainte-Crèche. (Le rocher de Tanios, 34).

Le é final marque le féminin dans le parler libanais qui s’écrit en arabe avec un h muet qui se prononce é ou eh. En arabe classique, c’est le a final qui marque le féminin et qui s’écrit avec un t muet et se prononce a ou ah, hajja.  

Bibliographie

Romans d’Amin Maalouf

Maalouf, Amin. Le rocher de Tanios. Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 1993, 281 p.

—–. Le Périple de Baldassare. Paris: Éditions Grasset & Fasquelle, 2000, 506 p.

 

Ouvrages consultés

Dakroub, Fida. Amin Maalouf et le pan-orientalisme : Écriture et construction identitaire dans le roman historique d’Amin Maalouf. Thèse de doctorat, Western University, 2010.

 

Dicionnaires

Abdel-Nour, Jabbour. Dictionnaire Arabe – Français (al-Hadit). Beyrouth : dar al-‘ilm lil malayine, 1993, 1126 p.

 

 

 


Publié par

Fida Dakroub

Docteur en Études françaises ( Western University, 2010 ), Fida Dakroub est écrivaine, membre du G.R.E.L.C.E.F., Groupe de recherche et d’études sur les littératures et cultures de l’espace francophone à l’Université Western (Ontario, Canada), 0ù elle fait partie du comité de rédaction des Cahiers du Grelcef, une revue savante annuelle dudit groupe.

Laisser un commentaire