Définir le Pan-Orient

Fida Dakroub

L’étude du sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf permet-elle, à terme, de restituer à l’Europe son appartenance géographique au continent asiatique ? Dans les romans d’Amin Maalouf, le Pan-Orient se présente non comme un espace géopolitique défini par rapport au Centre colonialiste (l’Occident), mais un espace à multiples dimensions. 1) Horizontalement, le Pan-Orient demeure un espace géoculturel qui comprend toutes les cultures orientales de l’Asie centrale jusqu’à l’Espagne musulmane (l’Andalousie) en Europe occidentale. De celles-ci nous citons la culture indienne, persane, arabe, turque et afro-berbère. 2) Verticalement, le Pan-Orient se présente aussi comme un espace géohistorique qui comprend des grandes cultures telles que les cultures grecque, byzantine, arabe, persane et turque  3) Diagonalement, le Pan-Orient reste un espace géolinguistique, aux niveaux diachronique et synchronique.

Dans ce sens, le Pan-Orient va au-delà de l’Orient musulman. Il se constitue par la contribution de toutes les cultures et les civilisations qui se sont installées sur le territoire de l’Orient, mais surtout celles du bassin méditerranéen. Il est le résultat et la synthèse culturelle et historique des cultures orientales et méditerranéennes, comme l’Orient musulman (arabe, persan et turc), l’Orient chrétien (assyrien, byzantin et latin), l’Orient mage (sassanide) et l’Orient païen. Dans les romans d’Amin Maalouf, nous trouvons les civilisations orientales de l’Antiquité. D’abord, nous trouvons les civilisations mésopotamienne, égyptienne, grecque et grecque hellénistique, et byzantine (Les Jardins de lumière). Ensuite viennent les civilisations de l’Orient chrétien et mage, c’est-à-dire Byzance, les royaumes latins de l’Orient et la Perse sassanide (Les Jardins de lumière, Les croisades vues par les Arabes). Puis, se présente l’Orient musulman qui s’étend de l’Asie centrale jusqu’à l’Andalousie (Samarcande, Léon l’Africain, Les croisades vues par les Arabes, Le Périple de Baldassare). Enfin s’étale l’Orient de la période coloniale (Le rocher de Tanios, Les Échelles du Levant).   

Dans les romans d’Amin Maalouf, le « Pan-Orient  » est un espace culturel, historique et linguistique qui ne se définit pas seulement selon des données géographiques, mais aussi selon une mémoire historique et un substrat culturel et linguistique. Dans ce sens, nous entendons par le terme « Pan-Orient », dans le contexte de l’étude du sous-entendu identitaire chez Amin Maalouf, un espace géoculturel, historique et linguistique, formé de régions géographiques s’étendant de la Mongolie jusqu’à l’Anatolie (groupe touranien), de l’Inde jusqu’à la Mésopotamie (groupes aryen et araméen), ainsi que la Péninsule arabique (groupe arabe), le Levant (groupe arabosyriaque), l’Égypte (groupe arabo-africain), l’Afrique du Nord (groupe arabo-berbère) et l’Andalousie (groupe arabo-espagnol). Le Pan-Orient se définit, dans les romans de Maalouf, à partir de l’Islam comme fait de civilisation.

En guise de conclusion, le modèle fondé sur des appartenances multiples ainsi que la construction identitaire dans l’écriture de Maalouf établissent un dialogue entre différentes cultures et civilisations, et entre différents énoncés et locuteurs ; l’écriture dialogique ici, le dialogue comme écriture, crée, dans l’œuvre de Maalouf, une nouvelle construction identitaire sous-entendue, celle du « Pan-Orient ». En effet, l’écriture de Maalouf vise à reconstruire un sous-entendu identitaire actualisé en Orient historique et culturel : d’où une telle acception que nous retenons pour les textes écrits par Maalouf, un « Oriental  » qui écrit sur l’« Orient », de l’« Orient », pour l’« Orient », et dans l’intérêt de cet « Orient » voire le « Pan-Orient ». 

Ouvrages cités

Bakhtin, M. M. 1984. Esthétique de la création verbale. Paris: Gallimard.

Corm, Georges. 2005. Orient-Occident: la fracture imaginaire. Paris: Éditions La Découverte.

Dakroub, Fida. 2012. Histoire, Symbole et Discours. Étude de la construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf. Les Cahiers du GRELCEF. www.uwo.ca/french/grelcef/cahiers_intro.htm , No 3. Les écrits contemporains de femmes de l’Océan Indien et des Caraïbes. Mai 2012.

Encyclopaedia Universalis

Maalouf, Amin. 1986. Léon l’Africain. Paris : Éditions Jean-Claude Lattès.

—–. 1988. Samarcande. Paris : Éditions Jean-Claude Lattès.

—–. 1991. Les Jardins de Lumière. Paris : Éditions Jean-Claude Lattès.

—–.1996. Le Rocher de Tanios. Paris : Le livre de poche.

—–. 2002. Les Échelles du Levant. Paris : Le livre de poche.

Todorov, Tzvetan ; Mikhaïl Bakhtine. 1981. Le principe dialogique, suivi d’écrits du Cercle de Bakhtine. Paris : Seuil.


Publié par

Fida Dakroub

Docteur en Études françaises ( Western University, 2010 ), Fida Dakroub est écrivaine indépendante.

Laisser un commentaire