Extraire le sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf

Fida Dakroub

Au préalable, il faut préciser comment les énoncés de l’échange verbal entre deux ou plusieurs locuteurs fonctionnent dans la vie quotidienne. D’ailleurs, il faut noter que les énoncés comprennent deux parties : 1) une partie verbalement réalisée, actualisée ; 2) une partie sous-entendue. La partie sous-entendue n’est rien d’autre que l’horizon commun aux locuteurs, composé d’éléments spatio-temporels, sémiotiques et évaluatifs. Le sous-entendu reste commun, connu des parties impliquées dans un échange verbal quelconque, et commun à eux. Il n’est pas verbalisé, réalisé, et actualisé dans l’énoncé même, comme il constitue la partie extraverbale de l’énoncé, mais il ne peut pas être sans l’énoncé. En plus, les relations qui s’établissent lors d’un échange verbal dans la vie quotidienne se classifient en deux catégories :

1) la relation qui lie le locuteur à son interlocuteur ; celle-ci se détermine par les éléments constituants de l’échange verbal établi entre eux ;

2) la relation qui lie les locuteurs à l’échange verbal établi.  

De la relation locuteur / interlocuteur

Premièrement, en ce qui concerne la relation locuteur / interlocuteur, un locuteur x entre en contact avec un interlocuteur y, en lui énonçant un énoncé quelconque, par exemple : « comme il fait chaud, aujourd’hui ! ». À ce point-ci, l’échange est encore à un point mort ; nous n’avons pas encore une situation réelle d’échange verbal ; car celui-ci ne se réalise, en tant qu’échange d’énoncés, que lorsque le locuteur x se transforme en interlocuteur y, et celui-ci en locuteur x ; autrement dit, si y ne répond pas à l’énoncé initial de x par un énoncé-réplique, l’échange verbal ne démarre pas et reste figé à un point mort ; car ce n’est pas le « vacarme » verbal qui importe, mais bien plutôt l’échange des énoncés ; en plus, « l’énoncé n’est pas l’affaire du seul locuteur, mais le résultat de son interaction avec un auditeur » (Todorov, p. 70).

C’est à ce moment précis que le vacarme verbal s’établit en échange verbal, et ce dernier se concrétise, à une étape plus avancée, en dialogue ; ce moment précis où l’interlocuteur y pose son énoncé-réplique à l’énoncé du locuteur x, pour se transformer ainsi en locuteur et transformer par conséquent le locuteur x en interlocuteur. Autrement dit, c’est au moment où  y se nie en tant qu’interlocuteur, et nie par conséquent x en tant que locuteur, que l’échange verbal s’établit.

 Une telle approche nous mène à remarquer que l’échange verbal passe par trois étapes essentielles :

1)      l’affirmation : c’est lorsque x commence l’échange verbal en posant son énoncé et s’affirme ainsi en tant que locuteur et affirme y en tant qu’interlocuteur. Le fait de l’affirmation c’est l’énoncé initial ;

2)      la négation : c’est lorsque y répond à l’énoncé initial par un autre énoncé et se nie en tant qu’interlocuteur et nie par conséquent x en tant que locuteur. La négation se fait aussi au niveau de l’énoncé ; une fois y répond à l’énoncé de x, l’énoncé initial n’est plus valide pour échanger ; x ne peut pas continuer à poser le même énoncé ni y ne  peut le répéter sinon nous aurions un « dialogue de perroquets » ; ici les parties engagées dans un échange verbal se trouvent obligées à créer de nouveaux énoncés, par exemple : « – N’avez-vous rien remarqué chez cet individu que vous êtes allé voir ? – J’avais remarqué bien de choses, mais je ne voyais pas à quoi il voulait faire allusion. » (Maalouf, « Le Périple… », 375). Le fait de la négation c’est l’énoncé-réplique ;

3)      la négation de la négation : c’est lorsque X répond à son tour à l’énoncé-réplique d’y et réaffirme son statut de locuteur, et cela en commentant l’énoncé-réplique d’y, comme dans l’exemple suivant : « Alors le capitaine reprit :  » N’avez-vous rien remarqué chez ce Gabbiano ?  » » (Loc. cit.). Le fait de la négation de la négation c’est l’énoncé-commentaire.

 Ainsi, la fluctuation de l’échange verbal s’actualise selon l’exemple suivant : 

« – N’avez-vous rien remarqué chez cet individu que vous êtes allé voir ?

 – J’avais remarqué bien de choses, mais je ne voyais pas à quoi il voulait faire allusion.

Alors le capitaine reprit :  » N’avez-vous rien remarqué chez ce Gabbiano ?  » » (Maalouf, « Le Périple… », 375).

 Nous remarquons ici que le premier et le troisième énoncé, qui appartiennent en effet au même locuteur x– le capitaine –, portent le même message et la même interrogation, mais non vraiment la même forme. Le locuteur x devait utiliser une tournure de forme pour répéter le premier énoncé.

 Or, dans chaque énonciation, nous trouvons des éléments de compréhension ; dans chaque compréhension, nous distinguons des éléments d’énonciation, des éléments de réponse verbale ou gestuelle. D’ailleurs, pour que la réponse prenne la forme d’un énoncé, elle doit être verbale ; ce qui constitue une réplique à l’énoncé de X qui, à son tour, soumet sa réplique à celle de l’énoncé d’y ; ceci entraîne à une fluctuation des répliques, donc des énoncés, pour que l’échange verbal prenne une forme précise, celle du dialogue. Toute interaction verbale se fait sous forme d’échange d’énoncés, c’est-à-dire un dialogue : « le dialogue est la forme la plus naturelle du langage. » (Todorov, 292.)

Une première question se pose ici : est-ce que l’échange verbal n’est que ce changement de rôle entre locuteur et interlocuteur ? Si c’est ainsi le cas, que disons-nous du scénario où X se met devant un perroquet et commence à réciter des poèmes d’Aragon ? Le perroquet répéterait peut-être les vers qu’il aurait entendus ; peut importe ici que le perroquet soit un oiseau ou un être humain. À plus forte raison, ce qui détermine l’établissement d’un échange verbal, ou d’un dialogue à une étape plus avancée, c’est la production des énoncés et leur échange entre deux ou plusieurs parties ; sauf que la production des énoncés ne se fait qu’à partir d’une matière brute et d’un recyclage de produits précédents, voire d’énoncés précédents, comme nous avons vu dans l’exemple ci-devant. En plus, l’énoncé initial, qui ouvre la « séance » de l’échange verbal, est le produit d’un processus déterminé de création verbale à partir d’une matière brute aussi – ici les lisières dialogiques précédentes, les différentes visions du monde, les points de vue, le champ de la pensée vivante de l’homme, les possibilités et les perspectives qui se trouvent déposées dans le mot des autres, les moyens linguistiques, etc.

 Une deuxième question se pose aussi : est-ce seulement par l’échange de phrases et de propositions que l’échange verbal s’établit ? que dit-on du scénario suivant ? Sur un des chantiers de la tour de Babel, deux esclaves ( le premier est phénicien, le second est égyptien ) se reposent contre un rocher, après une longue journée de travail forcé. Ni l’un ni l’autre ne parle une langue commune ; le premier se plaint en phénicien, l’autre sanglote en égyptien. Ni l’un ni l’autre ne comprend ce que son interlocuteur lui dit. Peut-on considérer une situation pareille comme une situation d’échange verbal ; vu que les deux esclaves échangent des énoncés bien définis et déterminés, chacun dans sa langue maternelle ? Peut-on conclure qu’il s’agit d’un dialogue entre deux parties ?

De la relation locuteurs / échange verbal

Deuxièmement, en ce qui concerne la relation locuteurs / échange verbal, nous remarquons dans le scénario ci-devant l’absence d’un échange verbal ou d’un dialogue dans le sens bakhtinien du mot ; car l’absence de la compréhension mutuelle ne me permet pas l’établissement d’un dialogue ; ce qui entraîne à dire qu’une compréhension mutuelle constitue une exigence à l’établissement de tout dialogue. En effet, le dialogue n’est point un échange de propositions, unités d’étude de la linguistique, mais un échange d’énoncés, unités d’étude de la translinguistique. Ce qui entraîne à dire qu’une telle « conversation » pourrait servir comme unité d’étude de la linguistique, comme il s’agit de propositions complètes, pures, mais non socialisées. Cependant, la translinguistique exige un contexte précis et un sous-entendu bien défini. La translinguistique n’étudie pas des unités isolées de la langue, voire des propositions analysées théoriquement, mais des unités socialisées de la langue et révolutionnées dans un contexte de communication sociale précis, celui des énoncés.

Prenons un autre exemple : un peu plus loin sur le même chantier, nous voyons deux citoyens babyloniens, dont la langue maternelle est l’akkadien. Le premier est prêtre au temple du dieu Enlil, le second est artisan au palais du roi Hammourabi. Le premier parle au second de la divinité tutélaire de Babylon ; et le second lui raconte des outils qu’il a achetés d’un marchand perse. Ici, les deux interlocuteurs doivent avoir accès à un certain sous-entendu, que contiennent les énoncés échangés, pour que l’échange verbal s’établisse. Même dans le cas où ni l’un ni l’autre n’est spécialiste dans le domaine de l’autre, un minimum de compréhension du sous-entendu des énoncés échangés reste indispensable. Or, l’établissement d’un dialogue exige certainement la connaissance d’un sous-entendu commun aux locuteurs, car sans la connaissance du sous-entendu, le dialogue ne s’établit pas.

En revenant à Bakhtine, chercher une réponse à la question ci-dessus ne devrait pas être une « mission impossible ». Au contraire, Bakhtine précise que l’énoncé quotidien comprend deux parties : une partie verbale et une partie extraverbale. Il indique aussi que la partie extraverbale se compose de trois aspects :

  1. L’horizon spatial commun aux locuteurs (l’unité du visible, la chambre, la fenêtre, etc.) ;
  2. La connaissance qui est la compréhension également commune aux deux parties engagées dans l’échange verbal ;
  3. L’évaluation commune aussi aux deux (Todorov, p. 68).

Bakhtine ajoute que ces trois aspects extraverbaux constituent aussi la partie sous-entendue de l’énoncé, qui n’est rien d’autre que cet horizon commun aux locuteurs, composé d’éléments spatio-temporels, sémantiques et évaluatifs (axiologiques) (Todorov, p. 68). En plus, il précise que la partie sous-entendue de l’énoncé ne peut se réaliser, ou s’actualiser, que par la présence des éléments communs aux interlocuteurs, reconnus et aimés par eux ; ce qui nous entraîne à dire que « ne peut devenir la partie sous-entendue de l’énoncé que ce que nous savons, reconnaissons, aimons » (loc. cit.).

D’après ces observations, l’établissement d’un dialogue devient possible à condition que les deux parties aient un accès minimum au sous-entendu des énoncés échangés. Dans le scénario ci-devant l’absence d’un sous-entendu en commun se tient en tant qu’obstacle à l’établissement d’un dialogue :

1)      l’horizon spatial des énoncés du prêtre (le temple, le sanctuaire, le tabernacle, le Saint des Saints) n’est pas commun à l’artisan, car seuls les prêtres peuvent entrer dans le temple d’Enlil ;

2)      la connaissance des secrets du panthéon et des lois du culte n’est pas commune à l’artisan, car c’est une connaissance prohibée aux communs ; seuls les prêtres ont accès à cette connaissance ;

3)      l’évaluation ne peut pas être commune vu l’absence des deux exigences précédentes ; sur quelle base l’évaluation serait-elle établie ?

La distinction entre partie verbale et partie extraverbale au niveau de l’énoncé mène aussi à la distinction entre proposition, unité d’étude de la linguistique, et énoncé, unité d’étude de la translinguistique ; la première n’a pas besoin d’un contexte, le second est toujours produit dans un contexte particulier ; il est toujours social (Todorov, p. 69), comme nous l’avons déjà indiqué ci-devant.

À la lumière de ce qui précède, nous relevons l’observation suivante : la réalisation des énoncés et leur actualisation ne s’établissent que par la présence d’au mois deux locuteurs qui, en s’échangeant verbalement, se nient l’un l’autre. En plus, grâce à ce processus de négation que l’échange verbal s’établit en tant que dialogue. Les deux interlocuteurs entrent non seulement dans une relation d’échange verbal, mais aussi dans une relation de négation. Autrement dit, lorsque x met son énoncé à l’échange, il s’affirme en effet en tant que locuteur, mais cette affirmation porte en elle sa propre négation, car x ne peut pas s’affirmer sans la présence, à l’autre côté de l’équation, d’un interlocuteur Y à qui il s’adresse par son énoncé. D’ailleurs, comme tout énoncé exige une réponse-réplique, x pause et attend celle d’y. Une fois Y commence à formuler la sienne, x n’est plus un locuteur, mais un interlocuteur. Or, le point crucial dans ce processus d’affirmation et de négation n’est pas le « brouhaha », mais bien plutôt 1) la compréhension et 2) le sous-entendu. Sans l’implication de ces deux éléments, tout échange verbal devient, comme dans le scénario des deux esclaves de la tour de Babel, un vacarme verbal et non pas un échange verbal.

De l’échange verbal à son degré zéro

Avant de procéder à l’étude du sous-entendu dans le texte maaloufien, nous trouvons indispensable de reprendre en résumé les points principaux de l’étude de l’échange verbal à son degré zéro. Dakroub (2012)  indique que la reconstruction du texte romanesque maaloufien au degré zéro de l’échange verbal divulgue sa structure dialogique profonde ainsi que les relations intertextuelles qui le déterminent ; elle aide aussi à expliquer l’établissement des rapports dialogiques entre différents énoncés composants du texte, et cela au niveau de son « substrat ».  En outre, nous pouvons évoquer ici un dialogue entre plusieurs énoncés : énoncé I, énoncé II et énoncé III : 

Dans le contexte des romans historiques de Maalouf, nous identifions trois énoncés. Par énoncé I, nous désignons l’Orient historique, la voix de l’Histoire de l’Orient, c’est-à-dire les institutions politiques, les structures sociales et culturelles, les moments historiques décisifs, les sources historiques, les textes, les chroniques, les livres d’Histoire, les livres sacrés, la tradition orale, etc. Par énoncé II, nous indiquons l’Orient symbolique, la voix de l’auteur, Amin Maalouf, sa vision du monde et sa mise en écriture symbolique et dialogique, voire la représentation symbolique de l’Orient par le biais de la voix des personnages et de celle du narrateur, qui résulte, en effet, de l’échange verbal entre l’énoncé I et l’auteur. Par énoncé III, nous proclamons l’Orient discursif, le dialogue qui s’établit entre énoncé I et énoncé II, d’un côté, et un tiers, de l’autre côté ; non au moment de l’écriture – car la mise en scène symbolique de ce dialogue est déjà achevée –, mais bien plutôt au moment de la lecture / interprétation, c’est-à-dire celui de la réception par un tiers, le lecteur / interprète (Dakroub, 179 – 180).

En identifiant les trois énoncés qui résultent des relations dialogiques dans le texte romanesque maaloufien, nous identifions non seulement les énoncés, mais aussi les interlocuteurs qui les produisent. Autrement dit, les énoncés I, II et III sont les produits verbaux de la relation établie entre locuteurs I, II et III, voire l’histoire, l’écrivain et le lecteur. Ce dernier participe au dialogue en tant qu’interprète, celui qui explique le texte selon un angle de vision précis.  Bakhtine définit le lecteur par le rôle qu’il joue dans l’échange verbal, c’est-à-dire en tant que tiers qui ne participe pas directement au dialogue, mais qui le comprend. Pourtant, la compréhension de tout l’énoncé, qui est une unité de « flux verbal », instaure un rapport dialogique d’une nature différente ; la compréhension devient nécessairement dialogique : « celui qui fait acte de compréhension devient lui-même participant du dialogue » (Bakhtine, 336).

Par ailleurs, le dialogue est la forme habituelle de l’échange verbal. Chaque réplique possède un achèvement spécifique que Bakhtine appelle position du locuteur (Bakhtine, 277), et que nous appelons, dans un contexte plus idéologique positionnement du locuteur (Dakroub, 182). Les œuvres de construction complexe et spécialisée, comme les œuvres scientifiques et littéraires sont, par leur nature, des unités d’échange verbal (Bakhtine, 277). Elles possèdent des sujets parlants, l’auteur et le destinataire, et elles sont délimitées par leur alternance. Le sujet parlant, l’auteur d’une œuvre, manifeste son individualité, sa vision du monde dans chacun des éléments. L’œuvre, tout comme la réplique du dialogue, vise la réponse de l’autre. 

Extraire le sous-entendu identitaire dans les romans d’Amin Maalouf 

Pour mieux comprendre le discours idéologique dans le texte romanesque d’Amin Maalouf, il faut mener l’analyse de la construction dialogique à son degré zéro, selon l’approche indiquée ci-devant ; et cela pour identifier d’abord les locuteurs ; ensuite, pour déterminer leur positionnement ; enfin, pour reconstruire leur discours idéologique. Pour cela, l’analyse des énoncés ne doit pas porter, dans le contexte de notre étude, seulement sur la partie verbale, mais aussi sur la partie extraverbale, voire le sous-entendu identitaire, pour que l’analyse soit complète. Cela nous encourage à « lire » le discours identitaire de l’œuvre romanesque d’Amin Maalouf, en tant que réalisation symbolique de l’échange verbal, donc du dialogue établi, au degré zéro, entre énoncé I (l’histoire), et énoncé II (le symbole, le vouloir-dire de l’auteur), et énoncé III, (l’interprétation du tiers, sa réplique) impliqué selon l’équation suivante :

Discours identitaire = Énoncé I + Énoncé II + Énoncé III

D’abord, l’énoncé I exprime le vouloir-dire de l’histoire, nous le désignons donc par le symbole suivant ÉH. Ensuite, l’énoncé II évoque la mise en écriture symbolique du vouloir-dire de l’auteur ; nous le désignons par ÉS. En plus, nous désignons l’énoncé III, qui est le vouloir-dire du tiers, par ÉT. Enfin, nous désignons par DI le discours identitaire de l’œuvre romanesque d’Amin Maalouf. Par conséquent, la construction dialogique qui se trouve au fond du discours identitaire s’exprime par la plurivocalité des énoncés. Elle prend la forme de l’équation suivante :

DI = ÉH + ÉS + ÉT (Dakroub, 185).

En partant de l’hypothèse de Bakhtine, qui souligne que le discours est un phénomène biface et que l’application de ce discours dans la réalité exige la présence de deux interlocuteurs qui échangent des énoncés quelconques (Todorov, 287), nous mettons la langue dans son contexte social ; tout en prenant compte que la communication verbale n’est pas un fait langagier isolé de tout autre phénomène social, mais elle en constitue un élément intrinsèque de «  vaste ensemble formé par les rapports de communication sociale » (Todorov, 287). 

À une première étape, d’un côté nous trouvons X qui raconte l’histoire de l’Orient ; de l’autre côté, nous trouvons y, l’écrivain, qui reçoit et comprend l’énoncé de l’histoire de l’Orient. Le fait du premier c’est l’énonciation ; le fait du second c’est la compréhension ; et cela à une première étape. L’énonciation du premier se concrétise, ici, sous forme d’un énoncé de l’histoire de l’Orient, ou ÉH. Or, comme l’indique Bakhtine, il n’y a pas de dialogue sans énoncé ni réplique-réponse à cet énoncé. En plus, l’échange verbal entre deux interlocuteurs n’est pas linéaire, un aller simple, un trajet d’un endroit à un autre sans retour, mais bien plutôt, un trajet aller-retour, une relation dialectique. À une première étape, l’énoncé initial, celui qui commence l’échange verbal, contient nécessairement des éléments d’un énoncé qui se trouve, ou qui s’est trouvé hors de l’espace et du temps de la situation d’échange verbal actuelle. Lorsque l’écrivain, à une deuxième étape, formule et actualise son énoncé-réplique, il change son fait de compréhension, tel qu’établi à la première étape, en création. Ainsi, le fait de l’écrivain est, à une deuxième étape, la création. Or, la création porte toujours des traces d’une situation d’échange verbal précédente dans une situation actuelle. L’idée qu’il y ait un énoncé pur, isolé des autres énoncés, produits dans le passé, ou qui se produisent au moment de l’énonciation concernée, n’est qu’un mythe.  L’énoncé d’y, donc sa réplique-réponse à l’énoncé de X, contient nécessairement des traces de cet énoncé. Les traces que comprend un énoncé donné peuvent prendre l’une des trois formes suivantes :

1) trace complète : c’est lorsque l’énoncé précédent est inclus au complet dans la réplique, comme dans l’exemple suivant :

 « Vous avez bien fait, me dit-il. Le monde est ainsi[1]… »

« Le monde est ainsi, répétai-je. S’il avait été différent, j’aurais proclamé mes doutes plutôt que mes croyances. » (Maalouf, « Le Périple… », 78) ;

2) trace partielle : c’est lorsqu’une partie de l’énoncé précédent est inclus dans la réplique, comme dans l’exemple suivant :

« Ce n’est donc pas l’objet que nous cherchons, mais le mot caché. »

« Quel mot ? » demanda Marta, innocente.

« Le nom de Dieu. » (Maalouf, « Le Périple… », 126) ;

3) trace sous-entendue : c’est lorsque la matière de l’énoncé précédent est omise de la réplique. Dans ce cas l’énoncé précédent n’y existe pas en tant qu’une trace matérielle, mais en tant qu’une trace sous-entendue, comme le montre l’exemple suivant :

« C’est votre fils ? » demanda l’homme en désignant la personne qui me suivait.

« Non, je suis son neveu. » (Maalouf, « Le Périple…  », 51).

Le sous-entendu aurait été ici « Non, je ne suis pas son fils, je suis son neveu ». 

Dans le contexte de notre étude, le texte romanesque de Maalouf, qui est l’énoncé II, doit nécessairement contenir des traces de l’échange verbal établi entre l’écrivain et l’histoire de l’Orient, voire des traces de l’énoncé I, qui est l’histoire de l’Orient. C’est l’étude de ces traces qui nous aide à localiser, identifier et définir le sous-entendu identitaire tel qu’exprimé chez Amin Maalouf.

Notes

[1] Nous utilisons les caractères en gras pour souligner la partie concernée. 

Bibliographie

Bakhtin, M. M. 1984. Esthétique de la création verbale. Paris: Gallimard.

Corm, Georges. 2005. Orient-Occident: la fracture imaginaire. Paris: Éditions La Découverte.

Dakroub, Fida. 2012. Histoire, Symbole et Discours. Étude de la construction dialogique des énoncés chez Amin Maalouf. Les Cahiers du GRELCEF. www.uwo.ca/french/grelcef/cahiers_intro.htm , No 3. Les écrits contemporains de femmes de l’Océan Indien et des Caraïbes. Mai 2012.

Encyclopaedia Universalis

Maalouf, Amin. 1986. Léon l’Africain. Paris : Éditions Jean-Claude Lattès.

—–. 1988. Samarcande. Paris : Éditions Jean-Claude Lattès.

—–. 1991. Les Jardins de Lumière. Paris : Éditions Jean-Claude Lattès.

—–.1996. Le Rocher de Tanios. Paris : Le livre de poche.

—–. 2002. Les Échelles du Levant. Paris : Le livre de poche.

Todorov, Tzvetan ; Mikhaïl Bakhtine. 1981. Le principe dialogique, suivi d’écrits du Cercle de Bakhtine. Paris : Seuil.


Publié par

Fida Dakroub

Docteur en Études françaises ( Western University, 2010 ), Fida Dakroub est écrivaine indépendante.

Laisser un commentaire